Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

04/12/2017

Le Vin, ce réprouvé ...

 

                     

 

 

 

 

Le vin, ce réprouvé !

 

Quel vin ?

 

 

 

cropped-violoniste-heureux-au-verre-de-vin.jpg

 

 

« Malheur à moi, je suis nuance », écrivait Nietzsche.

 

Malheur au vin car lui aussi est nuance, et il ne se satisfait pas des préjugés et des jugements hâtifs.

 

L’amoureux du vin se doit d’être humble, ouvert, disponible, curieux.

 

 

VIN-MOINE.png

 

 

 

 

 

Voilà cinquante ans qu’à coup d’engrais chimiques, de désherbants de synthèse, on a rendu les terroirs aussi désertiques que le Sahel.

 

4 femme au verre de vin buffet 1955.jpg

 

 

Mais il n’y a pas que dans les vignes que ces cinquante dernières années on a détruit la vie.

 

 

475eb1866264a1d6786847910de55505.jpg

 

 

 

Dans les chais également, lors des vinifications où l’on a, à loisirs, levuré, chaptalisé (dix-sept grammes de sucre par litre permettent de gagner un degré alcoolique, et la loi autorise deux degrés et demi la plupart du temps), soufré (ce qui fait la joie des migraineux qui ingurgitent du mauvais vin), filtré, aromatisé artificiellement (cette fraude est indétectable sauf en goûtant), ajouté de la glycérine (c’est un liquide incolore, un peu sucré

 

 

500_F_38015888_Mu69WGqTMzP0L3WweVz0a0HIZBg5Wzhj.jpg

 

 

soluble dans l’alcool provenant de la saponification des graisses, intéressant par son caractère onctueux) pour donner du gras lorsqu’on fait « pisser » le rendement, on a ajouté de l’eau pour diluer et augmenter le volume (il faut alors compenser en sucrant), utilisé de la caséine (un composé de lait) pour éliminer le goût

 

bad_wine_woman_drinking-250x300.jpg

 

 

produit par l’oxydation de certains vins (c’est une vieille pratique), fait macérer de la sciure de bois ou des planches dans les cuves afin de donner ce charmant goût de vanille et de … boisé qui plaît tant aux amateurs de Bordeaux ( cette pratique, bien qu’interdite,

 

est « tolérée », car, a précisé un tribunal bordelais dans un procès impliquant un château réputé, elle « ne met pas en danger le consommateur »).

 

 

 

 

La moralité est tombée si bas que l’on ne vend plus que les noms des crus et que la récolte est frelatée dès la cuve »

 

 

 

 

 

Michel Simon chante

https://www.youtube.com/watch?v=iO-Xkkj7Va0

 

 

 

N’oublions pas que le « vin bio » n’existe pas.

 

N’existent que des vins « issus de l’agriculture biologique ».

Ainsi, la plupart des vigneron qui cultivent leur vigne en bio, utilisent aussi moult produits de synthèse pour vinifier, et ont quand même le droit d’apposer la mention « bio » sur leur étiquette.

 

En 1980 à Paris, M. Joly découvre, chez un bouquiniste, le livre d’un certain Rudolf Steiner consacré à la biodynamie,

Cours aux agriculteurs, rédigé en 1924.

Il le lit et décide de stopper la folie tout chimique.

 

 

Il serait impossible de vinifier sans utiliser de soufre.

Le grand vinificateur que fut Jules Chauvet prouva le contraire en ses chais de la Chapelle-de-Guinchay dans le beaujolais.

 

Pour ceux qui pourront se rendre à la Chapelle de Guinchay le 24 mars, c’est la fête !

Ils y découvriront un spectacle très original : «Le vin en question ».

Cette pièce de théâtre est adaptée de la retranscription fidèle d’entretiens réalisés au début des années 80 (1900 quand même !) par un journaliste et ami du célèbre vigneron chercheur qui a influencé en profondeur le monde du vin et tant de vignerons de la nouvelle génération.

Pour autant, Jules Chauvet reste une figure assez méconnue du grand public, c’est l’occasion de découvrir son approche originale et visionnaire au service des vins sincères.

 

 

Les vins exceptionnels comme peuvent l’être ceux de Lapierre, Métras, Foillard dans le Beaujolais, de Breton et Callcut dans la Loire, de Courtois en Sologne, de Claude Maréchal ou du Prieuré-Roch en Bourgogne, de françois Grinand et de Renardat-fache dans le Bugey, d’Overnoy dans le Jura, du Mazel en Ardèche et d’Arena en Corse.

 

 

capture-d_ecc81cran-2017-01-07-acc80-20-58-48.png

 

 

Les grands vins, comme les peuples heureux, n’ont pas d’histoire.

(Dominique Lacout)

 

 

 

Du vin dans les cartables

En 1956, l'alcool est interdit dans les cantines scolaires pour les moins de 14 ans.

 

 

5 interdiction-alcool-ecole-france-1956-video-une.jpg

 

 

 

Cependant nous pouvons le conseiller pour :

 

Prévenir le cancer

 

Les polyphénols du raisin, molécules présentes dans le vin, ont des vertus préventives et même bénéfiques pour de nombreuses maladies et cancers. Plusieurs études démontrent que les femmes consommant quotidiennement du vin seraient moins sujettes au cancer du sein. Il en va de même concernant les hommes pour le cancer de la prostate ou de l'estomac

 

 

Rester jeune

 

 

 

 

Ces molécules ralentissent également le vieillissement de la peau. Ils agissent sur les cellules responsables des rides, et préservent le collagène. D'ailleurs, beaucoup de crèmes et produits cosmétiques contiennent des extraits de raisin notamment le fameux resvératrol.

 

 

Perdre du poids

 

Qui a dit que l'alcool faisait grossir ? Selon des études menées par des universités américaines, la consommation régulière de vin permettrait au métabolisme d'éliminer les graisses plus facilement, et améliorerait également les fonctions du foie.

 

 

 

 

 

 

 

 

Conserver la vue

 

Les personnes âgées, seraient moins touchées par la dégénérescence maculaire (maladie résultant de la baisse de la vue), si elles consomment du vin régulièrement.


Capture-d’écran-2015-03-19-à-16.49.50.png

 

 

 

 

 

Ce dossier n'aurait pas vu le jour sans le "LIVRE NOIR DE LA CUISINE", de mon ami (depuis 1968), l'excellent Dominique Lacout (du Collège de Pataphysique, Chevalier du Taste-Fesses)

 

 

 

 

3 fh.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Écrire un commentaire