Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

04/02/2018

Valerie Solanas

Attention c'est du lourd ! (âmes sensibles, s'abstenir !)

J'ai connu Scum Manifesto en 1970.

Les féministes ont applaudi à la sortie de cette critique anti macho/capitaliste, bien que dubitatives, car elles notent le côté définitif des solutions proposées.

Solanas rejoint-elle les Situationnistes et les Surréalistes dans sa démonstration sans pincette ?

J’apprécie la critique sociétale de Valérie, enfant(e) gâchée, perdue, mais refusant jusqu’au bout ...

(tout en sachant, que si je l'avais rencontré, elle m'aurait peut-être buté ?!)

 

Solanas refuse en bloc les utopies de son époque prônant le retrait du monde, la vie communautaire « à la marge » de la société américaine.

 

Accessible gratuitement sur internet, ce texte virulent et extrêmement misandre postule la supériorité des femmes sur les hommes, énumère et détaille toutes les tares dont le genre masculin est tenu pour responsable (on trouve en vrac la guerre, la politesse, l’argent, le conformisme, le gouvernement) avant d’appeler en conclusion au meurtre massif des hommes par les SCUM, groupe féministe révolutionnaire.

 

Misandre :

" qui a une hostilité manifeste à l'égard des hommes, qui manifeste de la haine pour le sexe masculin, attitude symétrique de la misogynie masculine."

 

Le féminisme de Solanas a ceci de surprenant qu’il est aussi virulent que très fun, extrêmement différent d’un féminisme plus intellectuel auquel on pourrait peut-être reprocher un manque d’accessibilité ...

 

 

 

 

f100f3269cb25f2f3e027381fc8db40f.jpg

 

 

Valerie Solanas (1936 / 1988 ), est une intellectuelle féministe radicale américaine, connue surtout pour son pamphlet  SCUM Manifesto et accessoirement pour Up Your Ass.

Elle s'illustra également en essayant de tuer l'artiste américain Andy Warhol.

 

 

Début de vie

Née en 1936 dans le New Jersey, elle dit avoir été violée par son père.

À partir de 1949 elle sera élevée par son grand-père, un homme violent et alcoolique, qui l'abandonne alors qu'elle n'a que 15 ans.

Sans domicile, elle se prostitue pour financer ses études et réussit à obtenir un diplôme de psychologie à l'Université du Maryland.

En 1953, elle a un fils, David. Les autres détails de sa vie jusqu'en 1966 sont plus ou moins bien connus, mais il semblerait qu'elle ait voyagé à travers les États-Unis en survivant grâce à la mendicité et à la prostitution.

 

 

New York et la Factory

 

Elle arrive à Greenwich Village en 1966.

C'est là qu'elle écrit une pièce, Up Your Ass ( Dans ton cul ), mettant en scène une prostituée mendiante haïssant les hommes.

En 1967, elle rencontre Andy Warhol à la sortie de son célèbre studio, la Factory à Manhattan, et elle lui demande de produire sa pièce.

Intrigué par le titre, celui-ci accepte de lire le manuscrit mais ne donnera pas suite.

 

 

 

 

 

 

Peu de temps après, alors que Warhol est parti pour l'Europe, Solanas écrit et publie à son compte le texte qui devait la rendre célèbre, un appel à la lutte violente contre les hommes et à la libération des femmes intitulé le SCUM Manifesto.

 

 

f2188e140a81dc3c14b706a7832ee6e2.jpg

 

 

SCUM étant généralement interprété comme l'acronyme de Society for Cutting Up Men (« Association pour tailler les hommes en pièces »), bien que la signification de l'acronyme ne figure point dans le texte même.

 

 

1 scum-manifesto-what-is-feminism.jpg

 

 

Certains prétendent même que Valerie n'a jamais voulu donner à SCUM d'autre sens que celui du mot scum (crasse, excrément, racaille, ou salaud en anglais).

La signification du verbe cut up est également discutée, certains le prenant au sens littéral de mettre en morceaux, et d'autres en extrapolant le sens à émasculer.

 

 

2645184420_83f20ded18_b.jpg

 

 

Un certain nombre de militantes féministes adoptent le manifeste de Solanas dans lequel elles voient, en dépit de ses excès, une source de réflexion et un appel à la révolte.

Un peu plus tard, toujours en 1967, Solanas commence à téléphoner à Warhol pour lui demander la restitution du manuscrit de Up Your Ass.

Quand celui-ci reconnaît l'avoir perdu, elle lui demande un dédommagement.

Warhol ignore ces réclamations mais lui donnera des rôles mineurs dans deux de ses films.

 

c657d66b46eaff79773eb6317bb1bd3d.jpg

 

 

 

Le 3 juin 1968, Solanas attend Warhol dans le hall de la Factory, située au sixième étage du 33 Union Square West, et tire sur lui trois coups de pistolet.

Les deux premiers coups manquent leur cible, mais la troisième balle lui transperce le poumon, la rate, l'estomac, le foie et l'œsophage.

 

Andy-Warhol-standing-355x450.jpg

 

 

 

Elle tire aussi sur le critique d'art et compagnon d'Andy, Mario Amaya et essayera également de tuer son imprésario, Fred Hughes, avant que l'arme ne s'enraye.

L'ascenseur arrive alors, et Hughes lui suggère de le prendre pour quitter la Factory.

Warhol s'en tirera de justesse, mais il ne récupérera jamais vraiment et devra porter un corset jusqu'à la fin de ses jours.

Solanas se rend à la justice le soir même, elle sera poursuivie pour tentative de meurtre avec préméditation.

Sa défense mettra en avant le fait que Warhol avait trop de pouvoir sur elle et qu'il lui avait volé son travail. Elle plaide coupable et écope de trois ans de prison.

Andy Warhol refusera de témoigner contre elle.

 

 

valerie solanas main.jpg

 

 

Sortie de prison

La journaliste féministe Robin Morgan a apporté son soutien à Solanas pour qu'elle sorte de prison. Ti-Grace Atkinson, la présidente de la section new-yorkaise de la National Organization for Women (NOW), décrira Solanas comme la « championne la plus remarquable des droits des femmes ».

Une autre membre de la NOW parlera d'elle, lors de son procès, comme de la « porte-parole la plus éminente du mouvement féministe ».

 

En 1971, après sa sortie de prison, certaines la considèrent comme une martyre.

Elle continuera de harceler Warhol et d'autres personnes au téléphone, ce qui lui vaut une nouvelle arrestation. Le 25 juillet 1977, le Village Voice publie une interview dans laquelle elle confirme les opinions exprimées dans le SCUM Manifesto2.

Solanas sombre ensuite dans l'anonymat, fait plusieurs séjours dans des hôpitaux psychiatriques, avant de retourner vivre en Californie pendant les années 1980, subvenant par la prostitution aux besoins engendrés par la toxicomanie.

Elle meurt le 25 avril 1988, alors qu'elle a 52 ans, d'une pneumonie, dans un hôtel de San Francisco.

Plus de trente ans après la perte par Warhol de Up Your Ass (le manuscrit de Solanas), il est retrouvé au fond d'un coffre rempli d'équipement d'éclairage.

La première de la pièce a lieu en 2000 à San Francisco, à quelques blocs seulement de l'hôtel Bristol où elle est décédée.

 

Le chanteur Lou Reed, ami et protégé de Warhol, n'a jamais pardonné à Valérie,

dans I Believe (sur l'album sorti en 1990 Songs for Drella, dédié à Andy Warhol,

un morceau évoquant Valerie Solanas et sa tentative de meurtre sur Warhol, il chante :

I believe I would've pulled the switch on her myself (« je crois bien que j'aurais appuyé sur l'interrupteur [de la chaise électrique] moi-même »). (P’tit Loup!)

 

 

I believe :

https://www.youtube.com/watch?v=bKyNkjRumqY

 

 

 

 

 

7e7af064ba580a62228d83ff2131b088.jpg

 

 

 

SCUM MANIFESTO :

https://infokiosques.net/IMG/pdf/SCUM_v2005-pageparpage.pdf

 

 

S.C.U.M. Manifesto Carole Roussopoulos, Delphine Seyrig (1976)

 https://youtu.be/B_8ahZHGfME

 

 

Extraits :

 

LA GUERRE

Le système de compensation le plus courant du mâle, savoir dégainer son gros calibre, se révélant notoirement inefficace, puisqu'il ne peut le sortir qu'un nombre très limité de fois …

(…)

 

LA GENTILLESSE, LA POLITESSE, LA « DIGNITÉ » Chaque homme sait, au fond de lui, qu'il n'est qu'un tas de merde sans intérêt. (...)

 

LE MARIAGE

Le con. Le mâle, qui méprise sa nature déficiente, est saisi d'une anxiété profonde et submergé par une immense solitude lorsqu'il se retrouve dans sa seule affligeante compagnie. Il s'accroche alors à n'importe quelle femme dans le vague espoir de remplir son vide intérieur, et se nourrissant de l'illusion mystique qu'à force de toucher de l'or il se transformera en or …(...)

 

LA PATERNITÉ

Maman veut le bien de ses enfants, Papa ne veut que le bien de Papa, il veut qu'on lui fiche la paix, il veut que ses lubies de « dignité » soient respectées, il veut présenter bien (le statut) et il veut contrôler et manipuler à volonté ce qui s'appellera « guider » s'il est un père « moderne » (...)

 

L'INDIVIDUALITÉ

L'homme est une suite de réflexes conditionnés, il est incapable de réagir librement, avec son esprit.

Il est entièrement déterminé par le conditionnement subi pendant son enfance.

Ses premières expériences ont été vécues avec sa mère et il est lié à elle pour la vie.

Pour l'homme il n'est jamais très clair qu'il puisse être autre chose qu'une partie de sa mère, qu'il est lui et qu'elle est elle.

Son plus grand besoin est d'être guidé, abrité, protégé et admiré par sa Mamma (les hommes s'attendent à ce que les femmes adorent ce qui, eux, les pétrifie d'horreur : eux-mêmes)

 

Mon Papa, y sait » devient dans le langage adulte « les critiques ils s’y connaissent », « les écrivains, ils savent mieux », et « les agrégés, ça en connaît un bout .

(...)

 

 

 

images.jpg

 

 

 

(Indépendamment de la valeur des écrits de ces deux auteurs, il faut admettre que c’étaient deux « Reines » de la com’) oupssssss ?!

 

Valerie :

https://www.youtube.com/watch?v=ln0VwCqMkcA

 

 

?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

14:33 Écrit par GéGé-one | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |