Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

03/04/2018

Stéphane Bern, FDJ et patrimoine ...

 

Emmanuel Macron charge Stéphane Bern d'une mission pour le Patrimoine  en liaison avec les services du ministère de la Culture ...

 

 

49576a42f7cc55b7f912ddcc6b6c4910.jpg

 

Stéphane Bern,

 

né le 14 novembre 1963 à Lyon, est un journalisteanimateur de radioprésentateur de télévision et 

écrivain franco-luxembourgeois.

 

Spécialiste des familles royales et régnantes en Europe, ses émissions consacrées à l'histoire et au patrimoine français ont contribué à partir des années 2000 à en faire une figure emblématique du paysage audiovisuel français.

 

 

capture-d_ecc81cran-2017-04-24-acc80-11-01-20.png

 

 

Né à Lyon d'un père français, Louis Bern, directeur de communication dans une société pétrolière, et d'une mère luxembourgeoise, Melita Schlanger interprète maîtrisant sept langues, Stéphane Bern est issu d'une famille de confession juive avec des origines polonaises, ses grands-parents s'étant installés à Lyon durant l'entre-deux guerres.

 

Il vit jusqu'à l'âge de quatre ans à Lyon, puis jusqu'à l'âge de 10 ans à Nancy, et enfin à Paris où il effectue ses études au lycée Carnot, y obtenant son baccalauréat C au rattrapage.

En 1985, il sort diplômé de l'École supérieure de commerce de Lyon.

 

Vers l'âge de 16-17 ans, il est hôte d'accueil au château de Versailles.

 

 

 

Depuis toujours de conviction royaliste, Stéphane Bern exclu en 1999 pour avoir rendu compte dans Le Figaro de la dilapidation de l'héritage du comte de Paris.

Il est par ailleurs membre du conseil d'administration de la Fondation Saint-Louis, qui met à la disposition de la nation des biens ayant appartenu autrefois à la famille d'Orléans.

Il fut aussi présent au mariage du « duc de Vendôme » (considéré par ses partisans comme le « dauphin de France ») Jean d'Orléans, avec Philomena de Tornos, à Senlis.

 

Dans un entretien au journal Libération en 2016, il reconnaît au sujet de son émission phare Secrets d'histoire que les audiences contribuent à motiver des choix éditoriaux favorisant les sujets royaux, mais il estime que ces derniers doivent servir d'embrayeurs d'intérêt pour l'Histoire dans sa diversité, parlant de « devoir citoyen »

 

 

« On n’attrape pas les mouches avec du vinaigre. Si vous voulez toucher 5 millions de personnes, vous ne pouvez pas faire de la dialectique historique.

 

 

 

stephane-bern-a-montre-son-attachement-au-patrimoine_3606015.jpg

 

 

 

De 1999 à 2001, Stéphane Bern est conseiller municipal du 9e arrondissement de Paris (à la suite de la démission d'un conseiller RPR ; le maire de cet arrondissement est Gabriel Kaspereit, un ami de son père).


Il termine son mandat déçu (?) par cette équipe et, en conséquence, décide de soutenir Jacques Bravo, la tête de liste socialiste (sic ! Girouette) de cet arrondissement.

 

 

 

 

 

De 1985 à 1987, Il est le rédacteur en chef du magazine Dynastie ; en 1987, il collabore au magazine Voici (un résistant de l’ombre !), puis en 1988 (il se « gauchifie ») devient journaliste à Jours de France.

Depuis 1999, il est rédacteur en chef adjoint (rubrique « Événements ») du magazine Madame Figaro.

 

 

De 1998 à 2003, il anime Sagas, un programme consacré aux VIP et aux têtes couronnées.

 

 

En 2006, il arrive sur le service public et est, depuis, l'un des animateurs vedette de France Télévisions, notamment avec son émission phare Secrets d'histoire sur France 2.

 

Il est également consultant pour France 2 lors des retransmissions télévisées des grands événements historiques, comme la fête nationale ou les commémorations du 8 mai ou du 11 novembre. Il a notamment commenté le mariage du prince William et de Catherine Middleton le 29 avril 2011.

Par ailleurs, depuis 2015 il commente la finale du Concours Eurovision de la chanson pour la France.

 

 

Dans le dictionnaire de Girouettes de Jean-Galtier Boissière il aurait eu une place ... « royale ».

 

 

Lors de la campagne pour l'élection présidentielle de 2017,

Il indique qu'Emmanuel Macron est un ami mais qu'il ne s'est jamais rendu à un de ses meetings.

Il a toutefois été membre de la « cellule culture » du candidat pendant sa campagne (!?).

Il est présent à la brasserie La Rotonde, où le candidat fête sa qualification pour le second tour. (à l’insu de son plein gré ! )

 

 

 

Acquisition d'un monument historique  (donc frais d'entretien !)


En février 2013, il se porte acquéreur de l'Ancien collège royal et militaire de Thiron-Gardais (Eure-et-Loir)4, vendu par le conseil général, pour le restaurer, le réhabiliter et ouvrir au public un musée consacré aux collèges royaux de France.

Cet édifice, bâti en 1630 par les Bénédictins de l'Abbaye de la Sainte-Trinité de Tiron, devint collège royal et militaire en 1776 jusqu'à sa fermeture à la Révolution française en 1793.

 

En janvier 2016, il crée la fondation Stéphane Bern pour l'Histoire et le Patrimoine, abritée par l'Institut de France. La fondation récompense un premier livre en français à caractère historique, publié au maximum il y a trois ans, ainsi qu'une action en faveur du patrimoine.

Après sa mort, cette fondation doit hériter du collège royal et faire vivre le monument.

 

Il possède également une maison sur l’île de Paros en Grèce.

 

 

En 2003, le maire de Paris Bertrand Delanoë nomme Stéphane Bern président du conservatoire de musique du 9e arrondissement de Paris :

le centre international Nadia et Lili Boulanger.

 

Membre depuis sa création en janvier 2001 de l'Académie Grévin, dont il est devenu le président en avril 2014 succédant à Bernard Pivot, il a inauguré le 10 mars 2008 son double en cire du musée Grévin, installé à côté de celui de la reine Élisabeth II du Royaume-Uni.

 

 

bern_et_la_reine.jpg

 

 

 

En septembre 2017, il est chargé par le président de la République Emmanuel Macron d'une mission de six mois, pour établir une liste des monuments et des bâtiments en péril et identifier les trésors méconnus du patrimoine français.

 

L'animateur (ne se fait pas prier!) et déclare faire cette mission bénévolement.

 

 

download.jpg

 

 

 

7264743_bern_1000x625.JPG

 

 

 

 

 

 

Sa nomination suscite à nouveau des critiques de la part de certains historiens, concernant son inexpérience et sa vision orientée de l'Histoire, qui redoublent après le tacle adressé aux professionnels du patrimoine par l'animateur, ainsi qu'après l'énonciation d'une de ses premières propositions — faire payer l'entrée des cathédrales, idée refusée par l'Église elle-même. (sic!)

 

 

 

img151.jpg

 

 

 

 

En 2017, Stéphane Bern affirme que la loterie nationale avait été créée par François Ier pour financer la construction des châteaux et bâtiments publics, ce qui est faux : la première loterie nationale a bien été créée par le roi François Ier par un édit de 1539, mais elle fut tellement mal gérée que ce fut un fiasco complet.

Le prélèvement du roi était excessif, personne ne voulait jouer. Cette loterie n’a rien rapporté et le Parlement de Paris a combattu l’idée, refusant d’enregistrer les lettres patentes. Après quelques tentatives, tout fut abandonné et rien ne fut construit.

Stéphane Bern, irrité des critiques et remontrances contre ses propositions en faveur du patrimoine, se pose en « victime d’une cabale contre lui » et réplique à ses contradicteurs : dans un message posté le 15 novembre 2017 sur son compte Twitter, il explique en avoir « ras le bol des critiques et des insultes de ceux qui ne font rien pour servir leur pays ».

 

 

Trois mois après avoir reçu sa mission de la présidence de la République, il confie finalement avoir des doutes pour la mener à son terme, évoquant le soutien de l'Élysée et en même temps certains blocages de l'administration du ministère de la Culture.

 

 

À propos de religion, il affirme : « Je n’ai jamais assumé le fait d’être d'origine juive, ça ne fait pas partie de mon royaume. Ce n'était que des interdits, pour ma bar-mitsva, je n'arrivais pas à lire l'hébreu ».

Il dit également avoir une « fascination » pour l'Église catholique (le fouet, les clous?): « J'aime la pompe, l'encens, vais à la messe sans communier » mais conclut : « je n'ai pas assez de religion pour en changer ». (sacrée girouette!)

 

 

 

Mais revenons à cette Loterie :

Organisée par la Française des jeux, cette loterie originale aura lieu en septembre.

Un village troglodyte, des châteaux, une flopée de chapelles : on trouve un peu de tout dans la liste des 250 sites (14 en Paca) présélectionnés pour bénéficier des subsides du "loto du patrimoine".

 

 

 

1522672478_collagemaregraphepaca.jpg

 

 

 

Défendue depuis plusieurs années par François de Mazières, député-maire de Versailles et ancien président de la Fondation du patrimoine, cette idée de jeu a été reprise par Stéphane Bern.

L'animateur télé, qui effectue une mission de "conseiller" auprès du ministère de la Culture, préside aussi le comité de sélection, qui a fait son choix parmi les 2 000 suggestions des Français. (?)

L'année dernière, ils avaient en effet pu soumettre en ligne le nom de l'élément patrimonial dont ils voulaient la restauration.

Demain, une centaine de lieux seront finalement retenus : ils se partageront la recette escomptée de 20M€.

"Une goutte d'eau", admet, lucide Stéphane Bern, tant les travaux coûtent cher, la tâche, immense, dans ce pays de culture qu'est la France. Quel petit maire rural ne s'arrache pas les cheveux face aux sommes à engager pour sauver une église, des remparts ? À titre de comparaison, la seule rénovation des façades de l'église des Réformés, à Marseille, s'élèvera à 12,5M€ !

 

Le "loto du patrimoine" apportera néanmoins un petit coup de pouce à des chantiers déjà engagés... sans que cela coûte un centime à l'État. Hors grands projets, le ministère de la Culture accordera 326 M€ aux monuments historiques sur l'ensemble de la mandature.

 

 

1522672737_patrimoineinfolp.jpg

 

 

 

 

Organisé par la Française des jeux, au profit d'un fonds géré par la Fondation du patrimoine, le jeu sera lancé le 3 septembre. On pourra acheter au prix de 15 € des tickets de grattage à l'effigie des monuments en péril ; un loto "spécial patrimoine" aura lieu le 14 septembre. Les gagnants peuvent escompter une cagnotte de 10 M€. La part qui ira au patrimoine sera celle revenant normalement à l'État.

 

Stéphane Bern : Poor little thing !

 

N'allez pas me dire que vous ne vous intéressez pas à l'action et à l'œuvre de Stéphane Bern, car je ne vous croirais pas !

Elle est d'ailleurs officiellement reconnue dans le monde par les diverses distinctions qui lui ont été décernées puisqu'il est officier dans l'ordre des Arts et des Lettres depuis janvier 2010, et chevalier de l'ordre de Grimaldi (du rocher)depuis novembre 2011.

 

Auteur de nombreux ouvrages, il a rédigé (ou fait rédiger) notamment de nombreuses biographies royales et historiques : Moi  Amélie, dernière reine du Portugal (1997), Diane de France, la princesse rebelle (2003), Jean de Luxembourg (2014), sans parler de son œuvre maîtresse, ouvertement coécrite celle-ci avec Robert Calgagno, L'histoire du mariage princier, (2011) "Beau livre (broché)".

 

 

BERN Mr. PATRIMOINE

 

https://www.lci.fr/people/stephane-bern-nomme-monsieur-patrimoine-d-emmanuel-macron-charge-de-lister-et-sauver-les-monuments-en-peril-2064580.html

 

 

 

Stéphane Bern : Poor little thing !  (suite et fin)

 

Dans son milieu d'origine ; le PAF, où beaucoup de prétendus experts font force "ménages", on a demandé à Stéphane Bern à la suite de sa récente nomination : "Vous ne serez pas rémunéré ?"; il a par avance répondu :  "Non, je ferai ça sur mon temps, bénévolement. Je le fais pour le patrimoine, je ne me substitue à personne, je ne prends la place d'aucun fonctionnaire. J'estime qu'en étant sur le service public. (fait-il don de sa personne à la France ? Devrons-nous l’empailler ? )

 

 

LA LISTE DU LOTO DU PATRIMOINE :

 

http://www.rtl.fr/actu/debats-societe/loto-du-patrimoine-decouvrez-la-liste-des-250-monuments-qui-vont-en-beneficier-7792819367

 

 

Je ne peux pas toucher un sou. (oups !) 

Et puis, en étant bénévole, je suis plus libre.

Si on continue à me chauffer les oreilles, j'ai envie de dire que je pense avoir une certaine légitimité dans le domaine, j'ai une voix qui porte et je fais ça pour aider mon pays. (le Luxembourg ?)

Je suis un mec gentil qui propose ses services. Ma seule conviction, c'est de défendre le patrimoine français."

 

 

 

Stéphane et les patrimoines

Bern, conscient des attaques qu'il allait subir, n'a pas manqué en effet de prendre les devants, à sa manière et on l'entend beaucoup dans des médias qui sont à sa botte.

 

 

 

Stephane-Bern-sur-son-compagnon-J-aime-la-vie-de-couple-et-je-suis-monogame.jpg

 

 

 

La République en « Bern »

Septembre 2017 : 225 ans après la naissance de la République, les symboles sont têtus.

Retour sur quelques positions royalistes au plus haut niveau de l'Etat.

 


Au moment où le Président de notre République nomme Stéphane Bern chargé de mission pour le patrimoine historique (gratis pro deo...)

Petits arrangements entre amis - pour qui l'histoire de la royauté tient une si grande place.

N'oublions pas qu' E.M., juste après sa déclaration de candidature à l'élection présidentielle, le 16 novembre dernier, est allé se recueillir sur les tombeaux des Rois de France à St Denis.

 

Sont-ce donc les nostalgiques royalistes qui tiendraient le haut du pavé ?

Et la République continuerait à être vidée de son sens, par les nominations, les projets, les pratiques, les ordonnances ?

 

L’important ce n’est pas ce Loto, mais le fait de passer sur toutes les chaînes télé pour faire de la pub pour la « Calotte » et notre démocratie chrétienne qui relève la tête, espérant encore et toujours redevenir la fi-fille aînée de notre mémère l’Église !
Patrimoine, mon « truc » oui , pleurnicheries sur les églises désaffectées..

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dieu vous le rendra !

 

 

Blog réalisé en collaboration avec "Mines de rien"...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

17:28 Écrit par GéGé-one | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |

Les commentaires sont fermés.