Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

16/04/2018

MADELEINE PELLETIER

 

(Thème proposé par Landalousite)

 

 

1    15943942.jpg

 

 

 

 

Madeleine Pelletier, née le 18 mai 1874 à Paris et morte 

le 29 décembre 1939 à Épinay-sur-Orge est en 1906 la première femme médecin diplômée en psychiatrie en France.

 

 

 

 

"Cette femme qui était toujours en recherche d’idées novatrices, sur la sexualité, le féminisme, les concepts de liberté, fut une provocatrice (pour la bonne cause) dans les milieux dits « novateurs » et auprès de la population moutonnière..."

NDLR

 

 

 

Elle est également connue pour ses multiples engagements politiques et philosophiques et fait partie des féministes les plus engagées au regard de la majorité des féministes françaises du xxe siècle.

 

 

1  f7a4fe64c9d52c28fd8d9b146e0ebd66.png

 

 

Bien que "très douée", elle interrompt très jeune ses études (13 ans) et fréquente dans son adolescence les groupes socialistes et anarchistes qui forment les idées qui resteront les siennes jusqu'à sa mort. 

 

 

À vingt ans, elle décide de reprendre ses études malgré sa pauvreté, et parvient à devenir médecin.

 

Cette réussite sociale ne la satisfait cependant pas et elle multiplie ses engagements dans la société.

 

En 1904, elle demande son admission comme franc-maçonne à la Grande Loge symbolique écossaise (GLSE) ( ouverte aux femmes.)

 

 

 

1    396px-KauffmannPelletier.jpg

 

 

 

Pour elle, il s’agit d’une école d’initiation à la réflexion, à la politique où, encadrées par des intellectuels et des libres penseurs, les femmes peuvent faire leur éducation idéologique.

 

En septembre 1904, elle convainc Louise Michel d'adhérer à sa loge maçonnique, elle organise une conférence avec elle sur l'admission des femmes dans la F.M.

 

 

1   15943936.jpg

 

 

 

 

Ce prosélytisme pour féminiser la franc-maçonnerie rencontre de très vives oppositions car les femmes sont suspectées d’attachement à la religion et à la réaction.

 

 

 

Ses prises de position lui valent de fortes inimitiés au sein même de sa famille politique ou dans les rangs de la franc-maçonnerie.

Les tentatives de mise à l'écart dans ces deux groupes l'incitent à se rapprocher des mouvements anarchistes et à changer de loge maçonnique.

 

 

 

 

En 1905 :

ENCYCLOPÉDIE ANARCHISTE D’ ÉLISÉE RECLUS

 

 

Reclus-elisee.jpg

Elisée Reclus

 

 

FÉMINISME (article de la Doctoresse PELLETIER) :

 

(...)

Dès l’aurore des civilisations, il s’est trouvé des femmes supérieures et aussi des hommes épris de justice pour s’élever contre l’esclavage dans lequel la moitié féminine de l’humanité était tenue ; mais on peut dire que le féminisme conçu comme un mouvement d’ensemble est de formation relativement récente, il est une conséquence de la démocratie.

Pendant la grande révolution française, le mouvement féministe a atteint de très fortes proportions.

A côté des clubs masculins, il y avait des clubs de femmes, et ils couvraient toute la France. (...)


Seule la femme de la bourgeoisie était assez instruite et éclairée pour comprendre la situation inférieure dans laquelle elle était placé et vouloir la modifier.

La masse des ouvrières et des paysannes, plongées dans l’ignorance, élevées dans les préjugés, subissaient le millénaire esclavage dans lequel elles étaient tenues leur sexe. (...)

Mais, à défaut de mari, elles prennent volontiers un ami et elles ont appris à éviter les charges de la maternité.

(...)

 

 

 

 

En 1927, elle collabore au journal de gauche Plus loin qu'elle quitte en 1930, avec de nombreux autres auteurs.

Elle rejoint alors le projet de Sébastien Faure d'Encyclopédie anarchiste, publiée en 1934, pour laquelle elle rédige sous la signature de « Doctoresse Pelletier », l'article Internement où elle dénonce les internements abusifs en 1892.

 

 

 

Faure_Sebastien.jpg

 

 

 

 

 

Son militantisme malthusien lui vaut de sérieuses inimitiés et en 1933, elle est accusée d'avoir pratiqué un avortement. Cependant, les charges sont finalement abandonnées (puisque amoindrie  par les séquelles d'un premier AVC) et elle n'est pas poursuivie

 

 

 

La liberté des femmes passe par une éducation sexuelle complète, une liberté sexuelle égale à celle des hommes, et le droit de disposer de son corps.

Avec Nelly Roussel, elle souligne l'importance de l'éducation sexuelle des jeunes filles.

 

 

7a802f09fcd34237a2f40f1f8768d0f1.jpg

 

 

 

 

Son apparence :

La manière dont elle s'habille montre également ses idées : elle a des cheveux courts et s'habille comme un homme, sans demander la permission de travestissement nécessaire auprès de la préfecture de police.

 

Mlle_Madeleine_Pelletier___[photographie_[...]Agence_Rol_btv1b53114341d.JPEG

 

 

 

Pour elle, la virilisation, en passant par le costume et le chapeau masculin, est le gage de l’émancipation de la femme.

 

 

 

Sexualité :

Refusant les relations hétérosexuelles ou homosexuelles, elle défend une virginité militante, position marginale dans le mouvement féministe, qu'elle partage avec sa consœur Arria Ly.

Elle voit dans la maternité la cause de l’infériorité de la femme. Contre le mariage et l'amour libre, elle soutient le célibat ainsi que l’égalité intégrale de la femme et le droit à l’avortement.

Elle critique sévèrement ce qu'elle appelle le « féminisme en dentelles », ces féministes qui osent le décolleté comme une forme de libération, en le jugeant avilissant pour les femmes.

 

Elle explique « je montrerai les miens [les seins] dès que les hommes commenceront à s'habiller avec une sorte de pantalon qui montre leur… ».

 

Radicale, voire violente, dans l'expression de ses idées, elle est déçue par la majorité des féministes qui lui paraissent trop timorées.

 

Elle a également décidé de ne pas avoir de rapports sexuels. Ces actions ont été perçues comme un attentat porté contre l’identité sexuelle.

 

Parallèlement elle prône une désexualisation des rapports humains et des individu-e-s rendu-e-s à une certaine androgynie ou neutralité.

(Seul moyen d'échanger entre des êtres libres et égaux)

 

 

1   L'Idée_libre_avril_1926.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Féminisme:

 

 

Aussi écrit-elle, en 1909, « Libertaires, socialistes, syndicalistes, pacifistes, les femmes sont un peu tout cela, alors qu'elles feraient mieux de n'être que féministes, et de l'être sérieusement .

 

 

 

1  15943938.jpg

 

 

 

 

1  15943940.jpg

 

 

 

 

1  feministe-et-libertaire.gif

 

 

 

 

 

La vie de Madeleine Pelletier finira de façon tragique, puisqu’elle mourra internée contre son gré à l’asile de Perray-Vaucluse en 1939.

 

 

 

Madeleine Pelletier montre que la guerre des sexes, souvent traitée de façon humoristique depuis Aristophane, est un rapport de pouvoir qu’il s’agit de dénoncer et de faire cesser.

 

C’est là une question politique qui s’adresse à la société tout entière : le célibat qui affranchira la femme, émancipera l’homme” 

Ce sont les rapports sociaux de sexe qui doivent être interrogés.

 

 “La cellule de l’avenir sera non plus la famille mais l’individu”. 

 

 

 

 

Citations :

« Tout cela me décourage, l'émancipation de la femme ne viendra donc jamais.

Autrefois, mes allures d'affranchie ne me valaient que des lazzi des voyous, maintenant, on m'arrête parce que je n'ai pas l'air d'une asservie, comme les autres femmes, évidemment, je suis née plusieurs siècles trop tôt. »

(1914)

 

 

« Il en sera des relations sexuelles légitimes comme des amours et des relations d'amitié ; certaines dureront autant que la vie, d'autres seront fugaces, mais en aucun cas elle ne donneront des droits, ni à l'homme sur la femme. »

 

 

Elle eut un rêve :

Elle décrit des femmes libres, indépendantes, instruites, qui travaillent, qui se choisissent un compagnon pour une durée plus ou moins longue, élèvent leurs enfants seules…

Bref, une femme du 21ème siècle.

 

 

1  p21-3.jpg

 

 

 

 

 

 

Œuvres :

La prétendue infériorité psychologique des femmes, 1904.

— L’admission des femmes dans la Franc-maçonnerie, 1905.

— La femme en lutte pour ses droits, Giard et Brière, 1908.

— La question du vote des femmes, 1909.

— L’émancipation sexuelle de la femme, Giard et Brière, 1911.

— Philosophie sociale, les opinions, les partis, les classes, Giard et Brière, 1912.

— Justice sociale, Giard et Brière, 1913.

— Le droit à l’avortement, Éd. du Malthusien, 1913.

— L’Éducation féministe des filles, Giard et Brière, 1914.

— Dieu, la morale, la patrie, Giard, 1916.

— In anima vili ou un crime scientifique, L’Idée libre, 1920. — Mon voyage aventureux en Russie communiste, Giard, 1922. — Supérieur, drame des classes sociales en cinq actes, Lorulot, 1923.

— La morale et la loi, 1926.

— De la prostitution, La Publication mensuelle, 1928.

— Capitalisme et communisme, Nice, 1926. — L’État éducateur, 1931.

— La guerre est-elle naturelle ? Le droit au travail pour la femme, La Brochure mensuelle, 1931.

— Une vie nouvelle, 1932.

— La femme vierge, Paris, 1933.

— La rationalisation sexuelle, Paris, 1935.

 

 

 

1  pelletier-3.jpg

 

 

 

 

 

Les 8 mars : (voir les urls pour chaque dates ...)

 

8 mars 1910

C’est à la conférence internationale des femmes socialistes de 1910 que l’idée d’une « Journée Internationale des Femmes » est lancée.

 

mars 1911
Un million de femmes manifestent en Europe

8 mars 1914
Les femmes réclament le droit de vote en Allemagne

8 mars 1917
À Saint Pétersbourg des ouvrières manifestent, initiant la Révolution Russe

8 mars 1921
Lénine décrète le 8 mars journée des femmes

après 1945
Le 8 mars devient une tradition dans les pays de l’Est et dans le monde

années 70
Le 8 mars devient plus féministe

8 mars 1977
Les Nations Unies officialisent la Journée Internationale des Femmes.

8 mars 1982
La journée est officialisée en France

8 mars 2018 ? 
Tant que l'égalité n'est pas atteinte, le 8 mars continue d'être célébré !

 

 

 

 

 

 

" Grande admiration envers cette pionnière de la liberté et de l'égalité des femmes !

Sa " virginité militante " est un acte volontaire !!! ( “le célibat qui affranchira la femme, émancipera l’homme” ) déjà en Grèce antique , les femmes de Sparte firent la grève du sexe pour stopper une guerre !

1900-1930 évolution et révolution pour les femmes ! sortir de la condition d'esclave , droit au travail , limitation des grossesses , accès à la culture .....

Merci pour cet hommage ! "

MINE DE RIEN !

 

13:53 Écrit par GéGé-one | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer | |  Facebook | |

Commentaires

Grande admiration envers cette pionnière de la liberté et de l'égalité des femmes !

Sa " virginité militante " est un acte volontaire !!! ( “le célibat qui affranchira la femme, émancipera l’homme” ) déjà en Grèce antique , les femmes de Sparte firent la grève du sexe pour stopper une guerre !

1900-1930 évolution et révolution pour les femmes ! sortir de la condition d'esclave , droit au travail , limitation des grossesses , accès à la culture .....

Merci pour cet hommage ! MINE DE RIEN !

Écrit par : MINE DE RIEN | 16/04/2018

Bravo, pour le traitement du sujet. Tout y est dit et plus encore.

Merci d'avoir bien voulu prendre en compte mon idée.
J'admire ces femmes qui nous ont ouvert le chemin vers ce que nous sommes. C'était des pionnières qui prenaient beaucoup de risque, sachant que ce n'était pour elles qu'elles se battaient mais pour nous les générations suivantes.
Saurons-nous protéger ce qu'elles nous ont apporté ?

Écrit par : landalousite | 17/04/2018

Les commentaires sont fermés.