Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30/08/2018

La libération des dames est en marche !

D’un train de sénateurs, certes … mais tout de même !

 

 

La preuve : les arts cinématographiques ont produit un pur joyaux, de l’émergence de ces bizarres êtres humains que l'on appelle les femmes ... 

 

 

affiche_comme_des_garcons.jpg

 

 

 

Comme des garçons 

est une comédie (épatante) française réalisée par Julien Hallard, sortie en 2018.

Le film s'inspire de la création de la première équipe féminine de football de France à Reims en 1968.

 

À Reims, en 1969. Séducteur invétéré, Paul Coutard est journaliste sportif au quotidien 

Le Champenois.

Pour provoquer son directeur, il organise un match de football féminin pour la kermesse annuelle du journal.

Il va recevoir l'aide inattendue de « sa meilleure ennemie », Emmanuelle Bruno, secrétaire de direction.

Sans le savoir, Emmanuelle et Paul vont se lancer dans la création de la première équipe féminine de football de France.

(suspense haletant !)

 

 

 

Distribution :

Max Boublil (excellent ): Paul Coutard

Vanessa Guide (inoubliable) : Emmanuelle Bruno

Bruno Lochet  (surprenant) : Alain Lambert

Solène Rigot (signifiante) : Corinne Fricoteau

Carole Franck (rayonnante) : Raymonde Deuquet

Delphine Baril (insurpassable) : Francine Marchand

 

 

streaming

https://streamingfilm.ws/comedie/2085-comme-des-garcons.h...

 

 

 

 

La critique d’Allocine :

 

« Comme des garçons » ou un fait de société réel de la fin des années 60, à travers un éveil des consciences sur la condition de la femme en France, sous couvert de la naissance de la première équipe de foot féminine, rien que ça au programme !

L’idée a pour le moins tout pour nous aguicher, même pour qui ce sport collectif n’est pas sa tasse de thé...

Et oui le ballon rond vu sous cet angle a de quoi ici nous en démontrer quant aux mentalités macho de ces hommes inflexibles prêts à expédier illico toute femme à ses casseroles et à ses bambins ! »

 

« Un beau film pour les débuts du foot féminin. Bien interprété et des décors d'époque bien choisis. A voir. »

 

 

 

 

Ce que je pense :

Hélas !

(mais j’aurais pu et du, parler d’épopée haletante de l’émancipation féminine, de cette prise à bras le corps du ballon, sans crainte d’acquérir la grosse tête ! )

 

 

L’émancipation des footballeuses sera l’œuvre des footballeuses elles- mêmes !

(Jenny Marx)

 

 

 

Et oui, ne vous en déplaise, vous les beaux messieurs, défenseurs de vos prérogatives auto proclamées :

 

« Les femmes jouent au football depuis la fin du XIXe siècle en Angleterre et en Écosse.

Le 7 mai 1881, une rencontre qualifiée d'« internationale » par la presse oppose l'Angleterre à l'Écosse à Édimbourg ...

 

 

téléchargé ecosse angletterre.jpg

 

 

La presse rend compte de cette rencontre sur un ton très négatif, en focalisant ses commentaires sur l'apparence des footballeuses ou en critiquant leurs techniques de jeu, différentes de celles des hommes. (quel drame !)

 

 

« Il y a cent ans, le 30 septembre 1917, deux équipes du club parisien Fémina Sport disputaient la première rencontre de football féminin sur le sol français.

 

 

590eb690731702209aa397da5545fb0f--club-paris-sports-clubs.jpg

 

 

 

Le début d'une longue histoire.

Si son développement dans l’Hexagone s’est longtemps heurté à de nombreux préjugés, la pratique féminine est désormais bien installée.

 

 

« Que les jeunes filles fassent du sport entre elles, dans un terrain rigoureusement clos, inaccessible au public : oui d'accord. Mais qu'elles se donnent en spectacle, à certains jours de fêtes, où sera convié le public, qu'elles osent même courir après un ballon dans une prairie qui n'est pas entourée de murs épais, voilà qui est intolérable! ».

(Nous pourrions les parquer dans un enclos que nous appellerions : zoo )

 

 

Französisches_Auswahlteam_der_Frauen_1920.jpg

 

 

 

 

 

Le championnat de France de football féminin où brilla notamment le Fémina Sport, s'arrête en 1933. (serait-ce à cause d’une broutille : la montée du fascisme ...)

Pourtant favorable au sport féminin, le Régime de Vichy « interdit rigoureusement » la pratique en 1941.

Le football est jugé « nocif pour les femmes ». (comme les mathématiques ? )

Les références au discours médical pour justifier l’inadaptation des femmes à la pratique, ou tout du moins les spécificités de leur jeu, sont fréquentes.

 

Devenue presque anecdotique, la pratique du football par des femmes perdure après la Seconde Guerre mondiale mais il faut attendre la seconde moitié des années 1960 pour assister au renouveau du football féminin : en 1969-1970, les fédérations anglaise, française et allemande reconnaissent le football féminin. (Enfin!)

 

On recense 2170 licenciées à la FFF pour la saison 1970-71, puis 4900 la saison suivante ...

 

 

EDF-71 coupe du monde Mexique.jpg

 

 

 

Retour sur les grandes dates qui ont marqué cette évolution depuis un siècle.

1920-1970 : le temps des pionnières 

Après quelques balbutiements à la fin du XIXe siècle, les dames se mettent à taquiner le cuir pendant la Première Guerre mondiale. (et aussi l’acier dans les usines d’armement )

Pourtant, malgré les multiplies créations de sections, le football féminin a mauvaise presse. Les dirigeants, souvent des journalistes très « puritains », (donc bigleux ) ne voient pas son développement d’un bon œil.

 

- 1917 : deux équipes du Fémina Sport - club fondé en 1912 - s’opposent dans la première rencontre de football féminin organisée sur le sol français.

- 1919 : quatre formations parisiennes participent à une première compétition féminine sous forme de championnat.

À partir de 1921, les premières équipes de provinces se mêlent au jeu.

Un véritable championnat de France est organisé. Ce dernier s’éteindra en 1937.

- 1920 : après une tournée inaugurale en Angleterre en mai 1920, l’Équipe de France féminine reçoit pour la première fois son homologue d’Angleterre.

Le 30 octobre, au stade Pershing dans le bois de Vincennes, sous les yeux de Jules Rimet et devant 15 000 spectateurs, les pionnières obtiennent un match nul (1-1). 

 

En 1930, les grandes foules de l'immédiat après-guerre aperçues autour des terrains ont fondu.

- 1937 : le football féminin disparaît, accusé de nuire au développement du sport féminin. Contrairement à d’autres disciplines, le football est jugé « nocif pour les femmes » et interdit par le régime de Vichy, en 1941. »

 

 

 

7670943_image-0028-0068_1000x625.jpg

 

 

 

 

Que dire de plus ?

Les femmes ont prouvé qu’elles pouvaient faire aussi bien, sinon mieux que les hommes !

Elles savent par ailleurs et fort bien, tirer à la mitrailleuse, balancer des grenades, répandre le gaz Sarin, être tortionnaires (comme à Guantánamo), racistes et idiotes tout comme les garçons …

 

Mais de plus elles doivent savoir repriser les chaussettes, laver le linge, faire les courses, descendre les poubelles, faire l'amour comme il plait aux autres, aller chercher les petits anges à l’école …

et avant tout, enfanter dans la douleur, pour la plus grande joie des institutions civiles et religieuses !

 

 

 

 

maxresdefault.jpg

   Chapeau, tout de même !

 

 

...

 

 

 

 

 

12:39 Écrit par GéGé-one | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.