Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

01/09/2018

Vespasiennes ou bien ? ...

 

 

 

Chaque jour, les rues de nos villes sont souillées par des épanchements urinaires sauvages et nauséabonds !

Gaspillage d’eau pour nettoyer quotidiennement nos rues.
Gaspillage d’urine, riche de phosphore et d’azote.
Collectons, valorisons, uritrottons !

 

 

toilette_08.jpg

Halte aux crimes !

 

 

La vespasienne, c'était le plaisir.

Or, selon les idéologues de tout poil, les martyrs par vocation et les chantres de la nation, le plaisir appartenait au passé «par nos mictions» !

 

 

dt156_paris_mob_urbain3_br.jpg

 

 

« La vespasienne représentait un petit bout de zone libre, plus libre encore que la zone non occupée: sans pétainistes ni gaullistes, sans personne, elle n'appartenait ni à Paris ni au présent, elle perpétuait la liberté d'autrefois (…)

 

 

téléchargé (6).jpg

 

 

 

Or, selon les idéologues de tout poil, les martyrs par vocation et les chantres de la nation, le plaisir appartenait au passé » 

 

 

 

Vespasiennes et tutti quanti :

 

Que de noms pour ces lieux d’aisance publics, et masculins : urinoirs, tasses, Ginette, pissotières, latrines, goguenots...

 

Les raffinés les nomment vespasiennes, du nom de l’empereur romain qui, entre l’an 69 et 79 de notre ère, dota Rome de ces commodités.

 

 

 

Arrive Rambuteau, préfet de la Seine de 1833 à 1848.

 

Bronca immédiate de la part des ligues bien-pensantes et des « pères et mères la pudeur » qui fustigent ces « colonnes Rambuteau »!

La Mondaine surveillera également de près les quelques quatre cents urinoirs en fer peint en vert qui jalonnent les trottoirs de la capitale.

Ils furent remplacés à partir de 1980 par les sanisettes de Decaux.

 

 

 

 

648x415_sanitaire-entretien-automatique-jc-decaux.jpg

Decaux

 

 

 

De ces étonnants mais si utiles édicules, il ne subsiste à notre connaissance qu’un seul exemplaire dans Paris : il se situe sur le boulevard Arago, devant la prison de la Santé.

 

Sans doute Paris a-t- elle jugé utile de conserver un témoin d’une autre époque ?

 

 

 

DESIGN VERTUEUX !

On doit l’Uritrottoir® aux designers de l’agence Faltazi.

 

 

planche-centrale-A5-FR-2.jpg

 

 

Le but : lutter contre les pipis sauvages qui dégradent nos villes et nécessitent une grande quantité d’eau pour leur nettoyage.

 

 

Uritrottoir-Paris.jpg

 

 

uritrottoir en lego.jpg

Uritrottoir en Lego

 

 

schema-FR-01.png

 

 

planche-centrale-A5-FR-2.jpg

 

 

 

 

 

Le principe: les pipis rejoignent un bac rempli de copeaux, de sciure ou de paille.

 

Au-dessus, un second bac où des plantes poussent paisiblement dans une terre enrichie du précieux compost.

Nous avons d’ailleurs ajouté une signalétique pour que les gens comprennent bien ce qu’on leur propose de faire là.»

 

 

 

unnamed.jpg

 

 

 

Les trois Uritrottoirs® installés à Nantes auront permis de collecter ...

15 000 pipis pendant six mois, soit environ 6000 litres d’urine qui n’auront pas souillé les pavés.

 

 

 

 

schéma-système-Converti-HFB.jpg

 

 

 

 

On trouve également cinq spécimens à Paris, dont deux du côté de la gare de Lyon.

 

Faciles à installer car non raccordés aux réseaux d’eau et d‘égout, ces urinoirs secs de fabrication française sont également faciles à gérer.

Équipés d’un capteur, ils préviennent de leur taux de charge.

Le bac à compost est ensuite acheminé sur une aire de compostage avant d’être intégré quelques mois plus tard en amendement horticole.

La version rurale, l’Uritonnoir®, consiste à insérer une sorte de grand entonnoir dans une botte de paille.

 

 

Reste aux femmes à se familiariser avec les «pisse debout» ! …

 

 

Uritrottoir_pour_les_hommes_et_les_femmes_alors---f0aae-ac082.jpg

 

 

 

unnamed.png

 

 

 

 

 

 

 

La solution urbaine écologique pour civiliser les «pipis sauvages»

Partout, où les collectivités ont à gérer les nuisances liées à l’afflux de personnes : centre ville, restaurants, événements et installations recevant du public… l’uritrottoir offre une solution écologique, économique et efficace pour les petites commissions.

 

 

toilette_15.jpg

Plus jamais ça !

 

 

 

Ou ça ! :

toilette_05.jpg

 

 

 

Entretenu par les services techniques ou une entreprise délégataire, l’uritrottoir stocke les urines, dans un lit de matière-sèche, qui sera, ultérieurement, composté sur une plateforme dédiée.

Pour une meilleure intégration au paysage, l’uritrottoir est doté d’une jardinière fleurie qui embellira vos espaces publics.

 

 


L’uritrottoir est un urinoir sec.


Il s’installe facilement sur les lieux souillés.

Comme toute toilette-sèche, il ne nécessite pas de raccordement au réseau d’assainissement.


Il valorise les urines en amendement pour l’horticulture d’ornement.
Il économise l’eau quotidiennement utilisée au nettoyage des rues.

 

L’uritrottoir est connecté.
Il informe du niveau de remplissage des bacs à distance.
Il optimise le parcours de maintenance.

 

 

(4054 pipis collectés en 3 mois sur Nantes ! )

 

IMG_6986 rue de la bléterie à nantes.jpg

 rue de la Bléterie à Nantes

 

 

 

 

Les odeurs d’urine dans les ruelles les lendemains de fête ne seront bientôt plus qu’un mauvais souvenir.

 

L’urine atterrit directement dans la paille, ce qui permet de réaliser un excellent compost.

Un compost réutilisé… pour faire pousser des végétaux dans la jardinière.

 

La paille possède une double utilité.

Elle est d’une part réutilisée, puisqu’au bout de deux mois, la paille noircie est changée et le compost produit sert alors à faire pousser les fleurs dans l’emplacement prévu à cet usage sur le dessus de la boîte.

 

 

 

téléchargé (2).jpg

Et c'est une expérience maritale inoubliable !

 

 

 

 

Les Femen : combat contre les Uritrottoirs

 

Certes, le sujet n’est pas très élevé, mais la chose interpelle.

 

Les faits : 

 

Les Femen sont soupçonnées d’avoir vandalisé un Uritrottoir en le bouchant  avec des tampons hygiéniques et en le recouvrant de slogans fort poétiques : « une b… correcte est une b… rangée »

 

On aurait trouvé le dessin d’un poing levé, symbole du mouvement, sur le trottoir et leurs affichettes sont explicites : « Les femmes qui sortent leurs seins pour allaiter sont priées de se cacher, les hommes qui sortent leur sexe pour uriner sont subventionnés par la mairie, proclame une autre affichette.

Les b… en public, c’est non ! »

 

 

téléchargé (3).jpg

Pourtant, c'est un geste qui peut sauver bien des vies !

 

 

 

Question (à part cela et en passant): vous croyez vraiment que les SDF et les fêtards visés, ont le souci écologique d’aller pisser sur la botte de paille destinée au compost de l’uri-trottoir ?

... Vraiment ? 

 

téléchargé (1).jpg

 

 

 

 

Video

des urinoirs et des hommes

https://youtu.be/bpbBILyfNbo

 

 

uriwomen :

 

https://youtu.be/hbn725PBdBo

 

 

 

« Je hais les tours de Saint-Sulpice 

Quand par hasard je les rencontre 

Je pisse Contre » 

(Raoul Ponchon)

 

 

 

 

 

D'autre part ...

... la dame pipi ou madame pipi (espèce en voie de disparition, hélas ! ) était un employé (traditionnellement féminin), préposé au bon fonctionnement et au nettoyage des toilettes installées dans les lieux publics.

 

Madame_Pipi.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Un ange passe ...

 

 

 

 

 

Syndiquez-vous !

téléchargé (8).jpg

 

 

 

 

...

 

 

 

15:00 Écrit par GéGé-one | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer | |  Facebook | |

30/08/2018

La libération des dames est en marche !

D’un train de sénateurs, certes … mais tout de même !

 

 

La preuve : les arts cinématographiques ont produit un pur joyaux, de l’émergence de ces bizarres êtres humains que l'on appelle les femmes ... 

 

 

affiche_comme_des_garcons.jpg

 

 

 

Comme des garçons 

est une comédie (épatante) française réalisée par Julien Hallard, sortie en 2018.

Le film s'inspire de la création de la première équipe féminine de football de France à Reims en 1968.

 

À Reims, en 1969. Séducteur invétéré, Paul Coutard est journaliste sportif au quotidien 

Le Champenois.

Pour provoquer son directeur, il organise un match de football féminin pour la kermesse annuelle du journal.

Il va recevoir l'aide inattendue de « sa meilleure ennemie », Emmanuelle Bruno, secrétaire de direction.

Sans le savoir, Emmanuelle et Paul vont se lancer dans la création de la première équipe féminine de football de France.

(suspense haletant !)

 

 

 

Distribution :

Max Boublil (excellent ): Paul Coutard

Vanessa Guide (inoubliable) : Emmanuelle Bruno

Bruno Lochet  (surprenant) : Alain Lambert

Solène Rigot (signifiante) : Corinne Fricoteau

Carole Franck (rayonnante) : Raymonde Deuquet

Delphine Baril (insurpassable) : Francine Marchand

 

 

streaming

https://streamingfilm.ws/comedie/2085-comme-des-garcons.h...

 

 

 

 

La critique d’Allocine :

 

« Comme des garçons » ou un fait de société réel de la fin des années 60, à travers un éveil des consciences sur la condition de la femme en France, sous couvert de la naissance de la première équipe de foot féminine, rien que ça au programme !

L’idée a pour le moins tout pour nous aguicher, même pour qui ce sport collectif n’est pas sa tasse de thé...

Et oui le ballon rond vu sous cet angle a de quoi ici nous en démontrer quant aux mentalités macho de ces hommes inflexibles prêts à expédier illico toute femme à ses casseroles et à ses bambins ! »

 

« Un beau film pour les débuts du foot féminin. Bien interprété et des décors d'époque bien choisis. A voir. »

 

 

 

 

Ce que je pense :

Hélas !

(mais j’aurais pu et du, parler d’épopée haletante de l’émancipation féminine, de cette prise à bras le corps du ballon, sans crainte d’acquérir la grosse tête ! )

 

 

L’émancipation des footballeuses sera l’œuvre des footballeuses elles- mêmes !

(Jenny Marx)

 

 

 

Et oui, ne vous en déplaise, vous les beaux messieurs, défenseurs de vos prérogatives auto proclamées :

 

« Les femmes jouent au football depuis la fin du XIXe siècle en Angleterre et en Écosse.

Le 7 mai 1881, une rencontre qualifiée d'« internationale » par la presse oppose l'Angleterre à l'Écosse à Édimbourg ...

 

 

téléchargé ecosse angletterre.jpg

 

 

La presse rend compte de cette rencontre sur un ton très négatif, en focalisant ses commentaires sur l'apparence des footballeuses ou en critiquant leurs techniques de jeu, différentes de celles des hommes. (quel drame !)

 

 

« Il y a cent ans, le 30 septembre 1917, deux équipes du club parisien Fémina Sport disputaient la première rencontre de football féminin sur le sol français.

 

 

590eb690731702209aa397da5545fb0f--club-paris-sports-clubs.jpg

 

 

 

Le début d'une longue histoire.

Si son développement dans l’Hexagone s’est longtemps heurté à de nombreux préjugés, la pratique féminine est désormais bien installée.

 

 

« Que les jeunes filles fassent du sport entre elles, dans un terrain rigoureusement clos, inaccessible au public : oui d'accord. Mais qu'elles se donnent en spectacle, à certains jours de fêtes, où sera convié le public, qu'elles osent même courir après un ballon dans une prairie qui n'est pas entourée de murs épais, voilà qui est intolérable! ».

(Nous pourrions les parquer dans un enclos que nous appellerions : zoo )

 

 

Französisches_Auswahlteam_der_Frauen_1920.jpg

 

 

 

 

 

Le championnat de France de football féminin où brilla notamment le Fémina Sport, s'arrête en 1933. (serait-ce à cause d’une broutille : la montée du fascisme ...)

Pourtant favorable au sport féminin, le Régime de Vichy « interdit rigoureusement » la pratique en 1941.

Le football est jugé « nocif pour les femmes ». (comme les mathématiques ? )

Les références au discours médical pour justifier l’inadaptation des femmes à la pratique, ou tout du moins les spécificités de leur jeu, sont fréquentes.

 

Devenue presque anecdotique, la pratique du football par des femmes perdure après la Seconde Guerre mondiale mais il faut attendre la seconde moitié des années 1960 pour assister au renouveau du football féminin : en 1969-1970, les fédérations anglaise, française et allemande reconnaissent le football féminin. (Enfin!)

 

On recense 2170 licenciées à la FFF pour la saison 1970-71, puis 4900 la saison suivante ...

 

 

EDF-71 coupe du monde Mexique.jpg

 

 

 

Retour sur les grandes dates qui ont marqué cette évolution depuis un siècle.

1920-1970 : le temps des pionnières 

Après quelques balbutiements à la fin du XIXe siècle, les dames se mettent à taquiner le cuir pendant la Première Guerre mondiale. (et aussi l’acier dans les usines d’armement )

Pourtant, malgré les multiplies créations de sections, le football féminin a mauvaise presse. Les dirigeants, souvent des journalistes très « puritains », (donc bigleux ) ne voient pas son développement d’un bon œil.

 

- 1917 : deux équipes du Fémina Sport - club fondé en 1912 - s’opposent dans la première rencontre de football féminin organisée sur le sol français.

- 1919 : quatre formations parisiennes participent à une première compétition féminine sous forme de championnat.

À partir de 1921, les premières équipes de provinces se mêlent au jeu.

Un véritable championnat de France est organisé. Ce dernier s’éteindra en 1937.

- 1920 : après une tournée inaugurale en Angleterre en mai 1920, l’Équipe de France féminine reçoit pour la première fois son homologue d’Angleterre.

Le 30 octobre, au stade Pershing dans le bois de Vincennes, sous les yeux de Jules Rimet et devant 15 000 spectateurs, les pionnières obtiennent un match nul (1-1). 

 

En 1930, les grandes foules de l'immédiat après-guerre aperçues autour des terrains ont fondu.

- 1937 : le football féminin disparaît, accusé de nuire au développement du sport féminin. Contrairement à d’autres disciplines, le football est jugé « nocif pour les femmes » et interdit par le régime de Vichy, en 1941. »

 

 

 

7670943_image-0028-0068_1000x625.jpg

 

 

 

 

Que dire de plus ?

Les femmes ont prouvé qu’elles pouvaient faire aussi bien, sinon mieux que les hommes !

Elles savent par ailleurs et fort bien, tirer à la mitrailleuse, balancer des grenades, répandre le gaz Sarin, être tortionnaires (comme à Guantánamo), racistes et idiotes tout comme les garçons …

 

Mais de plus elles doivent savoir repriser les chaussettes, laver le linge, faire les courses, descendre les poubelles, faire l'amour comme il plait aux autres, aller chercher les petits anges à l’école …

et avant tout, enfanter dans la douleur, pour la plus grande joie des institutions civiles et religieuses !

 

 

 

 

maxresdefault.jpg

   Chapeau, tout de même !

 

 

...

 

 

 

 

 

12:39 Écrit par GéGé-one | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | |

28/08/2018

Remèdes à l'ennui ?

 

 

Et ça continue encore et encore 
C'est que le début d'accord, d'accord... 

(Cabrel)

 

 

 

 

INAUGURATION D'UN MUSÉE D'ART NUMÉRIQUE DU COLLECTIF TEAMLAB À TOKYO

TEAMLAB SANS LIMITE (?!)

 

LE 15 MAI 2018 DÉBUTAIT L'EXPOSITION "TEAMLAB : AU-DELÀ DES LIMITES" À PARIS.

MAIS LE COLLECTIF QUI REMPORTE UN GRAND SUCCÈS DANS LE MONDE ENTIER VOIT ENCORE PLUS GRAND, AVEC UN MUSÉE PERMANENT QUI SERA INAUGURÉ LE PREMIER JOUR DE L'ÉTÉ 2018 À TOKYO.

 

 

Une nouvelle attraction sur l'île artificielle d'Odaiba verra le jour au début de l'été 2018. Le 21 juin, dans l'enceinte du MORI Buidling Digital Art Museum est inaugurée l'exposition permanente "TeamLab Borderless" dans la continuité de l'exposition qui se déroule en ce moment à Paris.

 

 

Exposition TeamLab à La Villette

 

 

160803135459-13-teamlab-super-169.jpg

 

 

 

 

 

teamlab à la vilette : diaporama

https://lavillette.com/evenement/teamlab/

 

 

INAUGURATION D'UN MUSÉE D'ART NUMÉRIQUE DU COLLECTIF TEAMLAB À TOKYO

TEAMLAB SANS LIMITE (?!)

 

LE 15 MAI 2018 DÉBUTAIT L'EXPOSITION "TEAMLAB : AU-DELÀ DES LIMITES" À PARIS.

MAIS LE COLLECTIF QUI REMPORTE UN GRAND SUCCÈS DANS LE MONDE ENTIER VOIT ENCORE PLUS GRAND, AVEC UN MUSÉE PERMANENT QUI SERA INAUGURÉ LE PREMIER JOUR DE L'ÉTÉ 2018 À TOKYO.

 

 

 

tokyo-digital-art-museum-teamlab-borderless-185018.jpg

 

 

 

Un espace de 110 000m2 où seront projetées une cinquantaine de travaux à l'aide de 520 ordinateurs et de 470 projecteurs : une première mondiale ! Comme dans les précédentes expositions de TeamLab, les visiteurs pourront interagir avec l'art et faire partie des oeuvres.

 

En explorant le musée, les oeuvres vous suivront d'une pièce à l'autre puisqu'elles communiquent entre elles.

 

 

webteamlab_transcending_boundaries_2017_at_pace_gallery_london_teamlab_courtesy_pace_gallery_4.jpg

 

 

L'évasion sera au rendez-vous avec des forêts de fleurs et des rizières en terrasses.

 

 

31674884114_5119e9d6f1_k.jpg

 

 

 

Les enfants trouveront également leur bonheur avec des espaces créatifs rien que pour eux, afin d'éveiller leurs sens et de les initier à se repérer dans l'espace.

 

 

tokyo-digital-art-museum-teamlab-borderless-185014.jpg

 

 

 

Les projections en 3D permettent une immersion totale pour un spectacle à couper le souffle.

L'exposition étant 100% digitale, des oeuvres et installations pourront être mises en place au fil du temps afin d'apporter toujours de nouvelles expériences aux visiteurs, avec cette notion d'interactivité toujours omniprésente, pour captiver les foules !

 

 

images.jpg

 

 

 

 

Pour rappeler quelques chiffres, la première exposition de TeamLab au Japon avait attiré près de 500 000 personnes.

 

teamlab tokyo video

https://borderless.teamlab.art/ko/

 

https://youtu.be/1zQ_jdThY_M?t=18

 

 

  

 

Mon humble avis :

 

 

Le monde dit virtuel (chère amie ...) nous envahi à notre corps « acceptant », que dis-je : suppliant !

 

Mais que l’on ne s’y trompe point, le monde « virtuel » est aussi un monde « réel » pour les blasés du monde des petites fleurs, des toucans, des Jack Russell chanteurs, ils leurs faut absolument du nouveau pour conjurer leur torpeur.

Le smartphone vissé à l’oreille, (bientôt greffé à la naissance?)

 

Ils se veulent, déambulanteurs dans un monde à la Disneyland, où ils sont considérés comme tout puissant.

Alors qu’ ils ne sont que des clients !

Un monde, où ça bouge tout le temps !

 

Bientôt détrôné par les lunettes à réalité « virtuelle »? (vendues en super marché) où l’on peut encore "mieux" "s’aventurer ailleurs" …

Car c’est bien ailleurs que l’on aspire à exister (?) …

 

Non pas crapahuter chez l’habitant en Inde ou à Cuba (sic)… mais voyager dans un monde enchanteur qui vous balade partout et vous mène nulle part, sans bouger de votre fauteuil relax.

 

 

 

1                téléchargé.jpg

 

 

Que voulez-vous, nous avons tellement l’impression de nous ennuyer, alors, ils nous faut un shoot, pour partir dans un « trip » qui nous fera planer, (accoutumance assurée) mieux que la Coke et le Crack … (!)

 

 

1    4555.png

 

 

 

 

 

 

...

 

 

 

14:12 Écrit par GéGé-one | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer | |  Facebook | |