Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

06/04/2018

LES BRIGANDES


Les brigandes, la « bête » n’est pas crevée !

 

 

 

image 001.jpg

 

 

 

 

 

Ou, comment les nazillons avancent masqués sous la bannière de femmes qui se revendiquent « libres », mais qui, en réalité, sont dans une secte d’extrême-droite dans la mouvance de la marionnette du FN, Marion Maréchal Le Pen (fille de Roger Auque).

 

 

 

images 70.jpg

 

 

 

 

 

La petite commune de La Salvetat, dans l'Hérault, renommée pour son eau pétillante, est déchirée depuis qu'une communauté inquiétante, baptisée les Brigandes, s'y est installée.

 

 

images.jpg

 

 

 

L’installation au village d'une communauté d'une trentaine de personnes gravitant autour du groupe musical des Brigandes.

 

Contrairement à ce que leur nom indique, ses membres présentent bien.

Elles sont jeunes, souriantes et masquées.

Sur fond de mélodies folk, ces mères de famille chantent des textes complotistes et identitaires.

Le groupe cartonne auprès de la « fachosphère », l'extrême droite sur le Net, et cumule plus de quatre millions de vues sur YouTube.

 

 

 

images 7.jpg

 

 

 

Leurs cibles ? L'islam, les homosexuels, les juifs, les jésuites, les journalistes, les politiques et les francs-maçons.

 

 

 

images (144).jpg

 

 

 

Avant de mettre La Salvetat dans tous ses états, les Brigandes s'y sont discrètement implantées.

En 2015, le groupe reprend des classiques de la chanson française sous le nom d'Ultra Sixties.

 

Il multiplie les concerts gratuits, des maisons de retraite aux bals populaires, en passant par le bistrot du village, le Balcon.

 

« C'était la phase de séduction ». (méthode fascisante, ou bien?)

 

 

Petit à petit, les Ultra Sixties infiltrent les associations.

Une aubaine pour le maire, Thibault Estadieu (DVD) (!), qui se réjouit de la venue de trentenaires dynamiques censés relancer une économie en berne.

 

En 2016, les Sixties accouchent d'un autre groupe : les Brigandes.

Les tenues sont toujours colorées (enjoy !).

Le style toujours pop. (propres sur elles !)

Mais les textes, eux, ont changé.

Les chansons de Brel ont été remplacées par des « Je suis un fasciste » aux refrains scandés le bras tendu.

 

 

 

En plein centre-ville, le clan ouvre une boutique lugubre mettant en vitrine des rituels présentés comme maçonniques, symbolisés par des candélabres et un petit crâne.

 

 

A l'école, la communauté ne cesse de remettre en cause le programme pédagogique.

Un jour, le fils d'une Brigande arrive en classe sans son manuel scolaire.

Sa justification ? « Maman l'a brûlé. »

A la rentrée 2017, les Brigandes finissent par déscolariser leurs six enfants.

(Le Parisien)

 

 

 

 

 

 

 

 

Une dérive sectaire ?

 

Derrière les Brigandes se cache la nébuleuse société Barka Productions.

A sa tête, Joël Labruyère, (manipulateur masqué de la facho-sphère) gourou ésotérique connu comme le loup blanc des associations de lutte anti-sectes.( !?)

 

Ce « penseur » a notamment créé en 1996 l'Omnium des libertés, un collectif de défense des « minorités spiritualistes ».

Jointe, la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) affirme avoir reçu une « bonne dizaine » de signalements à propos des Brigandes.

Au moins une plainte a été déposée contre Joël Labruyère par un ancien adepte et le clan reste sous la surveillance de la Direction centrale du renseignement intérieur.

« Cette communauté montre des signes d'emprise chez ses membres », note Serge Blisko, directeur de la Miviludes.

« Labruyère a déjà créé plusieurs sectes sous des pseudos, comme le Nouvel Ordre mondial ou l'Ile blanche. » (mouvance nazie!)

Le gourou se fait très rare au village.

Ses deux seules apparitions publiques remontent aux vœux du maire (Divers droite!) en 2016 et 2017.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les brigandes : la démocratie

https://youtu.be/hQ-js5CcX0E

 

 

 

imagest (38).jpg

 

 

 

Les Brigandes - Jeanne ( J'ai trouvé une épée )

(dans l'esprit de Marion !)

 

https://youtu.be/Th4vipUPX2E

 

 

download (1).jpg

 

 

 

download.jpg

 

 

 

 

 

Les Brigandes - Le tango du bidasse

 

https://youtu.be/_HHf6APuzaY

 

 

 

eee-1.jpg

 

 

 

 

Les Brigandes - J'élucubre à Sion

 

https://www.youtube.com/watch?v=6FMmaQWDFT0

 

 

 

images 447s.jpg

Amur, tujurs !

 

 

 

 

 

Les Brigandes - Foutez le camp

(exquis, plus FN ... tu crèves !)

 

https://www.youtube.com/watch?v=idRQsWTTVYA

 

 

images.png

 

 

 

images (22).jpg

 

 

 

 

 

 

 

"L'affaire" Gilles Servat, et la Blanche Hermine ...

 

L'impostureLa rouge Hermine 

 

https://www.youtube.com/watch?v=03P8ftvzGtQ

 

 

Touche pas à la blanche hermine - Gilles Servat (suivi de la Blanche Hermine)

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=fBS8zU0ZEnI

 

 

 

Gilles Servat : Qu’ils utilisent ma chanson sans mon autorisation. Ils disent ce qu’ils veulent et je n’ai pas à les en empêcher, même si je ne suis pas d’accord avec eux, et même si je suis insulté.

C’est la liberté d’expression.
Mais qu’ils le fassent avec une de mes chansons, je ne l’accepte pas.

Je pense que n’importe qui dans la même situation que moi, aurait défendu ses droits. Ils sont tout à fait capables de faire des musiques à eux.

 

 

Breizh-info.com : Vous êtes réputé pour être un partisan anti Front-National, comme vous l’aviez d’ailleurs expliqué dans votre chanson « touche pas à la blanche hermine ».

Est-ce toujours d’actualité ?

Gilles Servat :  Je ne partage pas leurs idées.

J’exprime les miennes, ils expriment les leurs. Si j’ai réagi en écrivant « Touche pas à la Blanche Hermine », c’est que le Front National récupère tout.

On l’avait vu quand Mégret avait été déposer des fleurs sur la tombe de Brassens.
Il s’est ridiculisé car tout le monde connaît Brassens.

Pour moi, c’est différent.
En entendant chanter la Blanche Hermine dans des fêtes du FN, ceux qui me connaissent mal auraient pu croire que j’étais d’extrême droite. Je voulais mettre les choses au point et au clair. C’est tout.

 

 

images 15.jpg

 

 

 

 

 

Les Brigandes & Joël LaBruyère - On vous emmerde

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=uVh3KDoz6ls

 

 

 

 

 

Les reportages de Vincent Lapierre : Les Brigandes ( « elles causent » ! )

 

https://youtu.be/tm8tsIr7674

 

 

 

Reportage : TF1 / RMC

 

https://www.tf1.fr/tmc/quotidien-avec-yann-barthes/videos/rencontre-brigandes-girls-band-identitaire-1.html

 

 

 

mais encore :

 

Complot contre les brigandes (mars 2018)

https://youtu.be/qqooeecITL4

 

 

 

 

Instructif (c’est long, mais c’est bon) :

 

Témoignage d'une ex-adepte de la secte des Brigandes !

 

 

Dans cette vidéo, une ex-adepte de la secte des Brigandes témoigne de son expérience de la vie dans la secte.

Compagne de Joël Labruyère, le gourou, elle est bien placée pour nous raconter l'histoire de la secte, l'origine du groupe musical, les techniques de manipulation du gourou, l'enfermement des membres, la soumission totale des adeptes...

Quel est le but de Joël Labruyère ?

Pourquoi essaie-t-il de récupérer les idées d'extrême-droite ?

Découvrez ce témoignage exclusif !

 

 

https://youtu.be/qNTogB0OgP4

 

 

 

 

 

 

 

Loges maçonniques de pacotille : Les Brigandes

 

Photo envoyée par l'un des administrateurs du blog Hiram.be, blog franc-maçon, à qui Joël Labruyère a tenté de faire les yeux doux.

Et pour le convaincre que les Brigandes étaient une vraie loge !

 

Même les elfes sont franc-maçons ! Et... roulement de tambour..., la loge des Brigandes, à La Salvetat !

Où l'on reconnaît aisément la harpe de Roxane.

 

 

images 707.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Il ne s'agit plus de se moquer des franc-maçons en chanson, mais de les infiltrer.

Peine perdue.

Il faut dire que les Brigandes avaient signé en leur nom un commentaire peu amène dirigé contre leurs "frères" trois points sur le même blog Hiram.be.

Le blog avait osé les démasquer, aussi les Brigandes avaient-elles rétorqué : "vous ne savez rien et vous plastronnez avec un tablier de soubrette souillé par vos branlettes."

 

C'est d'un goût exquis...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

images (3).jpg

Femmes que vous êtes jolies ...

 

 

 

 

à en dégoûter (certains ?!) ...

 

 

images (1).jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

12:03 Écrit par GéGé-one | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |

03/04/2018

Stéphane Bern, FDJ et patrimoine ...

 

Emmanuel Macron charge Stéphane Bern d'une mission pour le Patrimoine  en liaison avec les services du ministère de la Culture ...

 

 

49576a42f7cc55b7f912ddcc6b6c4910.jpg

 

Stéphane Bern,

 

né le 14 novembre 1963 à Lyon, est un journalisteanimateur de radioprésentateur de télévision et 

écrivain franco-luxembourgeois.

 

Spécialiste des familles royales et régnantes en Europe, ses émissions consacrées à l'histoire et au patrimoine français ont contribué à partir des années 2000 à en faire une figure emblématique du paysage audiovisuel français.

 

 

capture-d_ecc81cran-2017-04-24-acc80-11-01-20.png

 

 

Né à Lyon d'un père français, Louis Bern, directeur de communication dans une société pétrolière, et d'une mère luxembourgeoise, Melita Schlanger interprète maîtrisant sept langues, Stéphane Bern est issu d'une famille de confession juive avec des origines polonaises, ses grands-parents s'étant installés à Lyon durant l'entre-deux guerres.

 

Il vit jusqu'à l'âge de quatre ans à Lyon, puis jusqu'à l'âge de 10 ans à Nancy, et enfin à Paris où il effectue ses études au lycée Carnot, y obtenant son baccalauréat C au rattrapage.

En 1985, il sort diplômé de l'École supérieure de commerce de Lyon.

 

Vers l'âge de 16-17 ans, il est hôte d'accueil au château de Versailles.

 

 

 

Depuis toujours de conviction royaliste, Stéphane Bern exclu en 1999 pour avoir rendu compte dans Le Figaro de la dilapidation de l'héritage du comte de Paris.

Il est par ailleurs membre du conseil d'administration de la Fondation Saint-Louis, qui met à la disposition de la nation des biens ayant appartenu autrefois à la famille d'Orléans.

Il fut aussi présent au mariage du « duc de Vendôme » (considéré par ses partisans comme le « dauphin de France ») Jean d'Orléans, avec Philomena de Tornos, à Senlis.

 

Dans un entretien au journal Libération en 2016, il reconnaît au sujet de son émission phare Secrets d'histoire que les audiences contribuent à motiver des choix éditoriaux favorisant les sujets royaux, mais il estime que ces derniers doivent servir d'embrayeurs d'intérêt pour l'Histoire dans sa diversité, parlant de « devoir citoyen »

 

 

« On n’attrape pas les mouches avec du vinaigre. Si vous voulez toucher 5 millions de personnes, vous ne pouvez pas faire de la dialectique historique.

 

 

 

stephane-bern-a-montre-son-attachement-au-patrimoine_3606015.jpg

 

 

 

De 1999 à 2001, Stéphane Bern est conseiller municipal du 9e arrondissement de Paris (à la suite de la démission d'un conseiller RPR ; le maire de cet arrondissement est Gabriel Kaspereit, un ami de son père).


Il termine son mandat déçu (?) par cette équipe et, en conséquence, décide de soutenir Jacques Bravo, la tête de liste socialiste (sic ! Girouette) de cet arrondissement.

 

 

 

 

 

De 1985 à 1987, Il est le rédacteur en chef du magazine Dynastie ; en 1987, il collabore au magazine Voici (un résistant de l’ombre !), puis en 1988 (il se « gauchifie ») devient journaliste à Jours de France.

Depuis 1999, il est rédacteur en chef adjoint (rubrique « Événements ») du magazine Madame Figaro.

 

 

De 1998 à 2003, il anime Sagas, un programme consacré aux VIP et aux têtes couronnées.

 

 

En 2006, il arrive sur le service public et est, depuis, l'un des animateurs vedette de France Télévisions, notamment avec son émission phare Secrets d'histoire sur France 2.

 

Il est également consultant pour France 2 lors des retransmissions télévisées des grands événements historiques, comme la fête nationale ou les commémorations du 8 mai ou du 11 novembre. Il a notamment commenté le mariage du prince William et de Catherine Middleton le 29 avril 2011.

Par ailleurs, depuis 2015 il commente la finale du Concours Eurovision de la chanson pour la France.

 

 

Dans le dictionnaire de Girouettes de Jean-Galtier Boissière il aurait eu une place ... « royale ».

 

 

Lors de la campagne pour l'élection présidentielle de 2017,

Il indique qu'Emmanuel Macron est un ami mais qu'il ne s'est jamais rendu à un de ses meetings.

Il a toutefois été membre de la « cellule culture » du candidat pendant sa campagne (!?).

Il est présent à la brasserie La Rotonde, où le candidat fête sa qualification pour le second tour. (à l’insu de son plein gré ! )

 

 

 

Acquisition d'un monument historique  (donc frais d'entretien !)


En février 2013, il se porte acquéreur de l'Ancien collège royal et militaire de Thiron-Gardais (Eure-et-Loir)4, vendu par le conseil général, pour le restaurer, le réhabiliter et ouvrir au public un musée consacré aux collèges royaux de France.

Cet édifice, bâti en 1630 par les Bénédictins de l'Abbaye de la Sainte-Trinité de Tiron, devint collège royal et militaire en 1776 jusqu'à sa fermeture à la Révolution française en 1793.

 

En janvier 2016, il crée la fondation Stéphane Bern pour l'Histoire et le Patrimoine, abritée par l'Institut de France. La fondation récompense un premier livre en français à caractère historique, publié au maximum il y a trois ans, ainsi qu'une action en faveur du patrimoine.

Après sa mort, cette fondation doit hériter du collège royal et faire vivre le monument.

 

Il possède également une maison sur l’île de Paros en Grèce.

 

 

En 2003, le maire de Paris Bertrand Delanoë nomme Stéphane Bern président du conservatoire de musique du 9e arrondissement de Paris :

le centre international Nadia et Lili Boulanger.

 

Membre depuis sa création en janvier 2001 de l'Académie Grévin, dont il est devenu le président en avril 2014 succédant à Bernard Pivot, il a inauguré le 10 mars 2008 son double en cire du musée Grévin, installé à côté de celui de la reine Élisabeth II du Royaume-Uni.

 

 

bern_et_la_reine.jpg

 

 

 

En septembre 2017, il est chargé par le président de la République Emmanuel Macron d'une mission de six mois, pour établir une liste des monuments et des bâtiments en péril et identifier les trésors méconnus du patrimoine français.

 

L'animateur (ne se fait pas prier!) et déclare faire cette mission bénévolement.

 

 

download.jpg

 

 

 

7264743_bern_1000x625.JPG

 

 

 

 

 

 

Sa nomination suscite à nouveau des critiques de la part de certains historiens, concernant son inexpérience et sa vision orientée de l'Histoire, qui redoublent après le tacle adressé aux professionnels du patrimoine par l'animateur, ainsi qu'après l'énonciation d'une de ses premières propositions — faire payer l'entrée des cathédrales, idée refusée par l'Église elle-même. (sic!)

 

 

 

img151.jpg

 

 

 

 

En 2017, Stéphane Bern affirme que la loterie nationale avait été créée par François Ier pour financer la construction des châteaux et bâtiments publics, ce qui est faux : la première loterie nationale a bien été créée par le roi François Ier par un édit de 1539, mais elle fut tellement mal gérée que ce fut un fiasco complet.

Le prélèvement du roi était excessif, personne ne voulait jouer. Cette loterie n’a rien rapporté et le Parlement de Paris a combattu l’idée, refusant d’enregistrer les lettres patentes. Après quelques tentatives, tout fut abandonné et rien ne fut construit.

Stéphane Bern, irrité des critiques et remontrances contre ses propositions en faveur du patrimoine, se pose en « victime d’une cabale contre lui » et réplique à ses contradicteurs : dans un message posté le 15 novembre 2017 sur son compte Twitter, il explique en avoir « ras le bol des critiques et des insultes de ceux qui ne font rien pour servir leur pays ».

 

 

Trois mois après avoir reçu sa mission de la présidence de la République, il confie finalement avoir des doutes pour la mener à son terme, évoquant le soutien de l'Élysée et en même temps certains blocages de l'administration du ministère de la Culture.

 

 

À propos de religion, il affirme : « Je n’ai jamais assumé le fait d’être d'origine juive, ça ne fait pas partie de mon royaume. Ce n'était que des interdits, pour ma bar-mitsva, je n'arrivais pas à lire l'hébreu ».

Il dit également avoir une « fascination » pour l'Église catholique (le fouet, les clous?): « J'aime la pompe, l'encens, vais à la messe sans communier » mais conclut : « je n'ai pas assez de religion pour en changer ». (sacrée girouette!)

 

 

 

Mais revenons à cette Loterie :

Organisée par la Française des jeux, cette loterie originale aura lieu en septembre.

Un village troglodyte, des châteaux, une flopée de chapelles : on trouve un peu de tout dans la liste des 250 sites (14 en Paca) présélectionnés pour bénéficier des subsides du "loto du patrimoine".

 

 

 

1522672478_collagemaregraphepaca.jpg

 

 

 

Défendue depuis plusieurs années par François de Mazières, député-maire de Versailles et ancien président de la Fondation du patrimoine, cette idée de jeu a été reprise par Stéphane Bern.

L'animateur télé, qui effectue une mission de "conseiller" auprès du ministère de la Culture, préside aussi le comité de sélection, qui a fait son choix parmi les 2 000 suggestions des Français. (?)

L'année dernière, ils avaient en effet pu soumettre en ligne le nom de l'élément patrimonial dont ils voulaient la restauration.

Demain, une centaine de lieux seront finalement retenus : ils se partageront la recette escomptée de 20M€.

"Une goutte d'eau", admet, lucide Stéphane Bern, tant les travaux coûtent cher, la tâche, immense, dans ce pays de culture qu'est la France. Quel petit maire rural ne s'arrache pas les cheveux face aux sommes à engager pour sauver une église, des remparts ? À titre de comparaison, la seule rénovation des façades de l'église des Réformés, à Marseille, s'élèvera à 12,5M€ !

 

Le "loto du patrimoine" apportera néanmoins un petit coup de pouce à des chantiers déjà engagés... sans que cela coûte un centime à l'État. Hors grands projets, le ministère de la Culture accordera 326 M€ aux monuments historiques sur l'ensemble de la mandature.

 

 

1522672737_patrimoineinfolp.jpg

 

 

 

 

Organisé par la Française des jeux, au profit d'un fonds géré par la Fondation du patrimoine, le jeu sera lancé le 3 septembre. On pourra acheter au prix de 15 € des tickets de grattage à l'effigie des monuments en péril ; un loto "spécial patrimoine" aura lieu le 14 septembre. Les gagnants peuvent escompter une cagnotte de 10 M€. La part qui ira au patrimoine sera celle revenant normalement à l'État.

 

Stéphane Bern : Poor little thing !

 

N'allez pas me dire que vous ne vous intéressez pas à l'action et à l'œuvre de Stéphane Bern, car je ne vous croirais pas !

Elle est d'ailleurs officiellement reconnue dans le monde par les diverses distinctions qui lui ont été décernées puisqu'il est officier dans l'ordre des Arts et des Lettres depuis janvier 2010, et chevalier de l'ordre de Grimaldi (du rocher)depuis novembre 2011.

 

Auteur de nombreux ouvrages, il a rédigé (ou fait rédiger) notamment de nombreuses biographies royales et historiques : Moi  Amélie, dernière reine du Portugal (1997), Diane de France, la princesse rebelle (2003), Jean de Luxembourg (2014), sans parler de son œuvre maîtresse, ouvertement coécrite celle-ci avec Robert Calgagno, L'histoire du mariage princier, (2011) "Beau livre (broché)".

 

 

BERN Mr. PATRIMOINE

 

https://www.lci.fr/people/stephane-bern-nomme-monsieur-patrimoine-d-emmanuel-macron-charge-de-lister-et-sauver-les-monuments-en-peril-2064580.html

 

 

 

Stéphane Bern : Poor little thing !  (suite et fin)

 

Dans son milieu d'origine ; le PAF, où beaucoup de prétendus experts font force "ménages", on a demandé à Stéphane Bern à la suite de sa récente nomination : "Vous ne serez pas rémunéré ?"; il a par avance répondu :  "Non, je ferai ça sur mon temps, bénévolement. Je le fais pour le patrimoine, je ne me substitue à personne, je ne prends la place d'aucun fonctionnaire. J'estime qu'en étant sur le service public. (fait-il don de sa personne à la France ? Devrons-nous l’empailler ? )

 

 

LA LISTE DU LOTO DU PATRIMOINE :

 

http://www.rtl.fr/actu/debats-societe/loto-du-patrimoine-decouvrez-la-liste-des-250-monuments-qui-vont-en-beneficier-7792819367

 

 

Je ne peux pas toucher un sou. (oups !) 

Et puis, en étant bénévole, je suis plus libre.

Si on continue à me chauffer les oreilles, j'ai envie de dire que je pense avoir une certaine légitimité dans le domaine, j'ai une voix qui porte et je fais ça pour aider mon pays. (le Luxembourg ?)

Je suis un mec gentil qui propose ses services. Ma seule conviction, c'est de défendre le patrimoine français."

 

 

 

Stéphane et les patrimoines

Bern, conscient des attaques qu'il allait subir, n'a pas manqué en effet de prendre les devants, à sa manière et on l'entend beaucoup dans des médias qui sont à sa botte.

 

 

 

Stephane-Bern-sur-son-compagnon-J-aime-la-vie-de-couple-et-je-suis-monogame.jpg

 

 

 

La République en « Bern »

Septembre 2017 : 225 ans après la naissance de la République, les symboles sont têtus.

Retour sur quelques positions royalistes au plus haut niveau de l'Etat.

 


Au moment où le Président de notre République nomme Stéphane Bern chargé de mission pour le patrimoine historique (gratis pro deo...)

Petits arrangements entre amis - pour qui l'histoire de la royauté tient une si grande place.

N'oublions pas qu' E.M., juste après sa déclaration de candidature à l'élection présidentielle, le 16 novembre dernier, est allé se recueillir sur les tombeaux des Rois de France à St Denis.

 

Sont-ce donc les nostalgiques royalistes qui tiendraient le haut du pavé ?

Et la République continuerait à être vidée de son sens, par les nominations, les projets, les pratiques, les ordonnances ?

 

L’important ce n’est pas ce Loto, mais le fait de passer sur toutes les chaînes télé pour faire de la pub pour la « Calotte » et notre démocratie chrétienne qui relève la tête, espérant encore et toujours redevenir la fi-fille aînée de notre mémère l’Église !
Patrimoine, mon « truc » oui , pleurnicheries sur les églises désaffectées..

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dieu vous le rendra !

 

 

Blog réalisé en collaboration avec "Mines de rien"...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

17:28 Écrit par GéGé-one | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |

02/04/2018

GINGER BAKER

Peter Edward « Ginger » Baker

né le 19 août 1939 à Lewisham, est un batteur britannique, célèbre pour avoir été membre du power      trio Cream de 1966 à 1968 avec Jack Bruce et Eric Clapton.                   

 

 

 

 

 

5395f41653b7e089ba0e47dec38319c7.jpg

 

 

 

CREAM

https://www.youtube.com/watch?v=QtWzR5RkB3U

 

 

 

 

À ses débuts, il joue dans les Blues Incorporated d'Alexis Korner, qui comprend de nombreux musiciens de passage, allant et venant, dont Cyril DaviesCharlie WattsMick Jagger et Jack Bruce.

 

 

 

 

4b49306fa44d79f372c8444b5565c1a2--ginger-baker.jpg

 

 

 

 

jackbruce Baker Clapton 251014w_0.jpg

 

 

 

 

 

with eric clapton2.jpg

 

 

 

 

 

 

Il quitte le groupe de Korner et, en compagnie de Jack, il rejoint les différentes formations de Graham Bond jusqu'en 1966.

Puis devenu le leader de ce groupe, il expulse Jack et quitte finalement lui-même le groupe un peu plus tard.

Toujours en 1966, il crée Cream, avec Eric Clapton et Jack Bruce comme bassiste.

Ginger Baker reste avec Clapton, en 1969, au sein du super-groupe Blind Faithcomprenant Steve Winwood.

Au début des années 1970, il tourne et enregistre avec un groupe de jazz-rock : Ginger Baker's Air Force.

C'est aussi la rencontre avec Fela Kuti qui donne naissance, en 1971, à l'excellent disque Fela With Ginger Baker Live!.

 

 

 

 

fela-kuti.jpg

FELA KUTI

 

 

 

Fela Kuti - Live With Ginger Baker

 

https://www.youtube.com/watch?v=5jbzdl9isW0

 

 

 

 Depuis 1986, Ginger Baker a sorti plusieurs albums de jazz fusion et a tourné avec des groupes de styles variés (jazzmusique classiquerock) et même, en 2005, avec Cream.

 

 

 

 

 

ginger baker new morning.JPG

 

 

 

 

En 2012, sort le documentaire Beware of Mr. Baker sur la vie de Ginger Baker par Jay Bulger.

 

 

 

76832fb08caec4230bf5342496f25da8.jpg

 

 

 

 

Ginger Baker: In The Moment & Drum Solo (Bill Frisell - Charlie Haden)

              (!!!)

 

https://www.youtube.com/watch?v=YVF50PI3db4

 

 

 

 

 

En mars 2016, il annonce qu'il lui est maintenant fortement déconseillé de donner de nouveaux concerts, à cause de problèmes cardiaques ...

 

 

 

 

 

hqdefault.jpg

 

 

 

 

Ginger Baker - Batteur inconditionnel. DOCUMENTAIRE BIOPIC HD (vf 1h28)

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=tvGAKvXJ92A

 

 

 

 

 

Ginger Baker

 

 

 

 

 

11:32 Écrit par GéGé-one | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |

01/04/2018

CHANOINE DU LATRAN !

C.RL.png

 

 

Les chanoines réguliers du Latran (en latin : Congregatio Sanctissimi Salvatoris lateranensis) dont le nom complet est chanoines réguliers du Très Saint-Sauveur du Latran sont des chanoines réguliers de droit pontifical.

 

 

lvmdtPEY-aW3D9l8iKnrl4XXXL4j3HpexhjNOf_P3YmryPKwJ94QGRtDb3Sbc6KY.jpg

 

 

 

C'est une distinction héritée de Louis XI, en 1482, et renouvelée en 1604 par Henri IV. Après sa conversion du protestantisme au catholicisme, le roi de France fait un don au Latran, la basilique du pape à Rome, et reçoit en échange le titre de «  premier et unique chanoine honoraire de l'archibasilique majeure de Saint-Jean-de-Latran  ».

 

Voyage à Rome

Le titre qui était tombé en désuétude a été remis en lumière par René Coty en 1957.

Ce voyage, le général de Gaulle en 1967, Valéry Giscard d'Estaing en 1978, Jacques Chirac en 1996 et Nicolas Sarkozy en 2007 l'avaient accompli, mais ni Georges Pompidou, François Mitterrand et François Hollande ne s'y étaient rendus.

 

Un titre, honorifique, que portent aujourd'hui les présidents de la République française et qu'Emmanuel Macron a décidé d'accepter, rapporte le quotidien.

 

 

55f13680a5cc67468924e23d08edf13b.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Voilà donc le président de la République ( Il est vrai qu’il a été prof chez les Jésuites à Paris) qui renoue avec les mauvaises habitudes qui veulent que le chef de l’Etat se pare également du manteau du religieux.

C’est une mauvaise façon de faire et plus encore un détournement de la laïcité au bénéfice d’une lecture régressive qui y substitue l’œcuménisme communautariste.

 

 

pere-macron.jpg

 

 

M. Macron n’était pas tenu d’accepter cette « distinction ».

D’autres, François Mitterrand, Georges Pompidou ou encore François Hollande, n’ont pas pris officiellement possession de leur titre à défaut d’y avoir renoncé.

 

Si la France n’a pas à renoncer à son Histoire, la République n’a pas à endosser les héritages qui entrent en contradiction avec son principe d’organisation politique et sociale que représente la laïcité.

Membres d’un même corps politique, les individus peuvent être croyants, athées ou agnostiques, libre penseurs.

Mais la laïcité transcende ces appartenances.

On pourrait en effet être athée et laïque comme athée et non laïque ; agnostique et laïque comme agnostique et non laïque ; croyant et laïque comme croyant et non laïque.

La République a fait un choix en conscience et en raison : celui d’assumer en son sein le principe de laïcité.

Et donc de faire la place aux croyants, aux athées et aux agnostiques.

C’est pour cela qu’elle affiche de manière première le fait d’assurer d’abord la liberté de conscience qui est une liberté de croire ou de ne pas croire.

L'Etat doit demeurer extérieur aux considérations théologiques

La liberté de conscience détermine le rapport de l’Etat à l’ensemble des religions en général et à chacune d’entre elles en particulier.

La conscience n’est pas la foi et l’égalité entre les citoyen-ne-s justifie donc que l’Etat demeure extérieur aux considérations théologiques et à leurs pratiques.

 

La liberté de conscience ne vise en effet pas à un égal traitement des religions, œcuménisme faussement laïque tant vanté dans la période.

 

Il observe sur ce point non pas une neutralité entre les religions mais une stricte séparation entre le fait religieux et le champ politique.

 

 

download (1).jpg

 

 

 

Pierre jetée dans le jardin de la laïcité

Voilà pourquoi la reconnaissance officielle par M. Macron du titre de chanoine de Latran est une pierre jetée dans le jardin de la laïcité et donc dans celui de tous les Français-es.

Voilà pourquoi la distribution des reconnaissances organisées par

M. Macron et ses ouailles, un coup à une religion, un coup à une autre, n’est au final rien d’autre qu’une gestion communautariste larvée qui affaiblit et pervertit la République.

 

 

 

63321890_p.jpg

 

 

 

Macron re-confessionnalise la société :

 

 

Dès la nomination de Gérard Collomb au ministère de l’Intérieur on pouvait s’attendre à une fragilisation du socle laïque.

En effet, chaque année ce dernier participe à Lyon à la cérémonie religieuse du vœu des échevins au cours de laquelle il remet un écu d’or au Cardinal Barbarin pour le remercier de bénir la ville.

Et, récemment, il a annoncé la mise en place d’une instance de dialogue entre les trois religions monothéistes.

 

 

 

 

 

 

57141378_p.jpg

 

 

 

 

13:31 Écrit par GéGé-one | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |

30/03/2018

J'SUIS UN MONSTRE (N °1)

 

Le journal « Ebdo » s’arrête : un sentiment « d’amateurisme » et de « gâchis »

Un administrateur judiciaire va être nommé et l’hebdomadaire ne paraîtra plus, laissant un sentiment de frustration parmi les journalistes.

 

« Cela aura été un crash vraiment rapide… Et un gâchis spectaculaire »,regrette un journaliste, amer. Les difficultés d’Ebdo étaient connues depuis quelques semaines, mais son équipe gardait le silence. Jeudi 22 mars, ses fondateurs ont mis fin au faux suspense : un peu plus de deux mois après son lancement, l’hebdomadaire va cesser de paraître, faute de lecteurs, et être mis en cessation de paiement. Un administrateur va être bientôt nommé pour la société Rollin, éditrice d’Ebdo mais aussi des revues XXI et 6Mois, que les actionnaires espèrent vendre pour poursuivre leur activité.

(Le MONDE)

 

 

Demain sortira notre dernier numéro. L’aventure d’ebdolejournal s’arrête là, l’esprit continue. Merci à vous d'avoir cru à ce projet (?). Merci à vous d'avoir soutenu la presse indépendante (faut l'faire !).

(l’Ebdo)

 

 

L'équipe de la revue XXI a lancé en janvier cet hebdomadaire 100% papier et sans publicité, qui se veut contre la "surinformation (sic), "non-partisan" (re sic) et "fondé sur les faits" (c'est beau !). S'il affine sa formule depuis son lancement, Ebdo a surtout surpris dès son cinquième numéro avec sa Une sur Nicolas Hulot, révélant que le ministre de la Transition écologique avait fait l'objet d'une plainte pour viol en 2008, classée sans suite pour cause de prescription, et spéculant sur un cas de harcèlement sexuel sur une ex-collaboratrice, bien que l'intéressée ait elle-même démenti.

 

"A la croisée des chemins"

Nicolas Hulot a porté plainte pour diffamation et cette affaire a surtout fait fuir un investisseur individuel qui devait mettre de l'argent dans le journal, explique Libération. Suite au retrait de cet investisseur, une augmentation de capital de deux millions d'euros à laquelle devaient souscrire huit personnes morales a été annulée. Et les crédits bancaires de quatre millions d'euros sur lesquels les fondateurs du journal comptaient n'ont pas été débloqués.

 (CHALLENGES)

 

 

PARIS (Reuters) :

Le magazine Ebdo, dont les ventes ont décliné après la publication d'une enquête controversée sur Nicolas Hulot, va cesser de paraître un peu plus de deux mois seulement après son lancement, ont annoncé jeudi ses fondateurs.

 

 

 

 

Laurent Beccaria, « le franc-tireur de l'écrit »

 cofondateur d'"Ebdo" : "Quelque chose a été raté dans l'identité du journal"

Fils de famille peut-être, mais âme rebelle ! C'est en publiant des enquêtes qui dérangent qu'il s'est fait remarquer dans le monde de l'édition. Méfiant vis-à-vis des institutions qu'il est toujours prêt à remettre en cause, l'éditeur du best-seller de 2017, « La Vie secrète des arbres » de Peter Wohlleben, et du  livre-confession de Valérie Trierweiler, « Merci pour ce moment » , revendique une indépendance farouche dans ses choix éditoriaux.

(LES ECHOS)

 

 

 

 

Va aux Enfers, l ‘Ebdo, ta volonté affichée de vouloir faire des « coups » médiatiques pour enfumer les gogos, n’a pas eu d’écho …

Tu n’avais vraiment rien à dire.

Retournes au néant, où tu n’aurais jamais du immerger !

Tes manipulations par l’esbroufe ont été dénoncées.

Les banques (ces "saintes" chéries) t’ont châtré, te laissant sans voix !

(STIRNER)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

à part cela ,

Mercredi 28/3, est paru le premier numéro d'un autre hebdomadaire, Vraiment, qui promet d'être "vraiment sérieux", "vraiment curieux" et de prendre "le temps de comprendre son époque loin de l'actu chaude".

La "vie des news" continue ?

 

 

19:25 Écrit par GéGé-one | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |